Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Edouard Pernot : apprendre de l’étranger

      07.02.08

      Résolument axée vers l’international, EPITECH propose à l’ensemble de ses étudiants de multiples possibilités d’effectuer, tout au long de leurs études, des stages ou des années complètes à l’étranger. Pour les accompagner dans cette immersion, l’école a notamment mis en place différents programmes qui allient cours et jobs divers. C’est dans ce cadre qu’Edouard Pernot (promotion 2011) est allé en Australie à la fin de sa première année où il a suivi des cours à la Phoenix Academy avant de travailler dans des restaurants.

      Pourquoi avez-vous souhaité aller vivre une expérience à l’étranger ?

      Le fait de partir à l’étranger ne peut être que bénéfique. Amélioration linguistique, découverte d’un pays, découverte d’une culture, valorisation du CV, prises de contacts avec des personnes d’horizons différents et bien d’autres avantages. Toutes les opportunités de partir à l’étranger sont bonnes à prendre tant que l’on part dans l’ojectif d’apprendre.

      Pourquoi avez-vous choisi l’Australie ?

      Un nombre très important de personnes m’avait fait des éloges de l’Australie, dont quelques amis d’EPITECH qui y sont allés et qui en ont gardé un souvenir sans pareil ! J’ai donc voulu voir de mes propres yeux tout ce qu’on m’a raconté.

      Que retirez-vous de cette expérience internationale ?

      Le fait de se retrouver dans un pays étranger est intéressant pour apprendre à se débrouiller par soi-même. Il faut trouver un travail, un logement, faire les démarches administratives et tout ce qui est nécessaire pour vivre… Au niveau de la langue, à mon départ j’avais un niveau de 545 au test d’anglais et à mon retour j’ai obtenu 660. Le fait d’être immergé dans un milieu anglophone pousse à s’exprimer même si on fait des fautes : il faut se faire comprendre.

      Que pensez-vous de la vie australienne ?

      Noël en short de plage sous les palmiers, c’est le pied ! C’est une vie de rêve. Les gens y sont sympathiques et prêts à aider à n’importe quel moment. D’ailleurs, je me souviens d’une anecdote : un jour, alors que je m’étais perdu, un australien a fait un détour pour me conduire en voiture jusqu’à ma destination. Le côté agréable de la vie australienne vient aussi de leur niveau de vie très correct. Le coût de la vie y est moins élevé qu’en France et les salaires d’un simple serveur dans un restaurant peuvent avoisiner les 10 ou 15 euros de l’heure. J’ai vécu dans deux familles différentes. Les deux ont été très sympa ; les discussions étaient vraiment intéressantes et grâce aux pistes d’emploi qu’elles m’ont donné, j’ai pu m’acheter une voiture. Des liens se sont créés. J’ai récemment accueilli sur Paris la fille d’une des deux familles qui était en voyage.

      Quelle était votre activité principale ?

      En Australie, trouver du travail est très facile ! J’ai été serveur dans deux endroits différents. Un restaurant gastronomique italien d’abord : une expérience vraiment inoubliable car j’y ai appris beaucoup de choses. Moi qui n’étais pas hyper rigoureux, j’ai dû apprendre à l’être en moins d’une semaine. Tout devait être parfait. Le second emploi que j’ai trouvé était plus relax. C’était dans un café/restaurant ouvert 24h/24h. Après avoir travaillé, j’ai profité du mois qui me restait pour découvrir davantage le pays et sa culture. Je suis allé dans le sud puis dans le centre de l’Australie, près de Alice Springs, pour y effectuer un safari de quelques jours.

      Souhaitez-vous renouveler l’expérience ?

      Renouveler l’expérience, clairement, je le ferai sans hésiter ! D’ailleurs en cinquième année nous avons, grâce au partenariat entre EPITECH et le RMIT de Melbourne, la possibilité d’y faire ses études. Je me suis déjà fixé pour objectif d’aller à Melbourne en cinquième année. La bonne réputation du RMIT m’a donné l’envie de retourner en Australie en 2011 pour peut être y rester par la suite et y vivre durant quelque années. J’ai déjà mes contacts.