Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Des étudiants distingués au hackathon de la NASA

      22.07.13

      #contentMargin h1{font-size: 13px;}

      Même à l’étranger, les étudiants d’Epitech allient leurs forces pour développer des solutions innovantes. C’est en Australie qu’un Ancien, aujourd’hui ingénieur au RMIT et un étudiant en quatrième année internationale se sont rencontrés et ont participé ensemble à l’International Space Apps Challenge, un hackathon (concours de développement intensif en 48h) organisé par la NASA. Tous deux ont œuvré de concert sur une application innovante d’observation astronomique collaborative qui a fait forte impression.

      La tête dans les étoiles

      Les 20 et 21 avril, Guillaume Prevost (Epitech Promotion 2012) et Nicolas Aubry (Epitech Promotion 2014) se sont ainsi rendus au Victorian Space Science Education Centre de Melbourne pour prendre part à l’International Space Apps Challenge. Les participants étant très nombreux, les organisateurs avaient prévu plus de cinquante thèmes en tous genres : du développement d’applications pour un satellite à l’architecture open-source à la création d’un robot en Lego pilotable par smartphone, en passant par la création d’objets imprimés en 3D ou encore la conception de serres pour coloniser la planète Mars.

      Organisé simultanément dans 44 pays par la NASA, l’International Space Apps Challenge a rassemblé plus de 9 000 ingénieurs, scientifiques, étudiants, professeurs, artistes et autres passionnés de l’espace faisant de ce hackathon le plus important jamais réalisé. Près de 800 projets ont ainsi été réalisés en l’espace deux jours.

      Chasseurs de météores

      Le binôme d’Epitech s’est lui penché sur le challenge « Catch a Meteor Tracker ». En 48h, Guillaume Prevost et Nicolas Aubry ont développé l’application Catch a Meteor pour Android. Utilisant la réalité augmentée, l’appli propose une carte du ciel en 3D qui s’adapte à la position de l’utilisateur. Sur cette dernière, les observateurs peuvent directement signaler les étoiles filantes qu’ils voient apparaitre dans le ciel. Ces informations sont alors directement transmises à un serveur qui centralise ces données et les communique aux autres utilisateurs. Ces derniers peuvent ainsi être mis au courant qu’une pluie d’étoiles filantes est en train d’avoir lieu et à quel endroit elle est observable. Les informations récupérées peuvent aussi servir à la recherche, qui peut difficilement répertorier seule tous ces phénomènes dont la durée est très brève et la zone d’observation souvent limitée.

      Au final, Catch a Meteor termine deuxième meilleur projet australien de l’International Space Apps Challenge. Le projet de Guillaume Prevost et Nicolas Aubry a également obtenu la distinction « Honorable Mention for Galactic Impact » de la part du jury de la NASA. Une belle performance compte tenu du nombre important de projets produits au cours de ce hackathon.

      • Une nouvelle édition est d’ores et déjà prévue pour 2014, avec cette fois-ci pour objectif de dépasser les 10 000 participants.