Informations
    Actualités & évènements
      Loading...
      27.07.06

      Qu’est ce qui vous a donné envie de rentrer à l’Epitech ?

      Après mon bac, j’ai intégré l’EPITA ou j’ai commencé en InfoSup (prépa intégrée). Mais j’ai décidé, au terme de ma première année, d’intégrer l’école jumelle, EPITECH, dont la méthode innovante d’enseignement s’est avérée beaucoup plus proche de ce que je cherchais (je tenais absolument à rompre avec le système très scolaire du lycée).

      Pouvez-vous nous raconter votre cursus à l’Epitech ?

      Mon cursus à l’EPITECH s’est déroulé de la meilleure façon qui soit. J’ai connu très tôt un très bon groupe (parmi tous les meilleurs de ma promo). Liés par notre passion commune pour les jeux vidéo, nous sommes vite devenus amis. Nous avons fait nos deux projets libres (tech2 et tech4-5) ensemble, au sein du lab console. Nous sommes tous devenus Astek très vite (en 2e année, chose presque impossible de nos jours) et avons fait nos preuves rapidement, principalement dans tout ce qui touche à la programmation graphique ou de jeu. J’étais chef de matière X11 tech 2.

      Qu’avez-vous fait depuis votre sortie de l’école ?

      J’ai terminé mon stage de fin d’étude au sein de l’équipe éditoriale d’Ubisoft, numéro 3 mondial et numéro 1 français du jeu vidéo. Le stage s’est terminé par une mission de 3 semaines au studio de Montréal (le plus gros studio d’Ubisoft, 1400 employés). J’ai été embauché à la rentrée pour un CDD de 6 mois. Si tout se passe bien, je serais requalifié en CDI.

      Quel a été, selon vous, l’apport de l’Epitech sur le plan personnel ?

      J’ai adoré l’ambiance de l’école. Chaque jour, je côtoyais des gens qui partageaient mes passions. De plus, les élèves sortent d’EPITECH avec un "carnet d’adresses" composé de gens très talentueux dans leurs domaines respectifs. Pour ma part, mon expérience au lab console m’a permis de découvrir ma vocation. J’ai toujours rêvé de travailler dans le jeu vidéo, mais, sans cette expérience et sans mes binômes, tout aussi passionnés que moi, jamais je n’aurais franchi le cap.

      L’entretien ci-dessus a été réalisé par mail, ce qui explique sa brièveté. Si vous voulez en savoir plus sur le parcours de Thomas Texier, visitez son blog.