Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      C’est quoi la virtualité réelle ?

      18.07.14

      Google-art-institute-visite-Epitech-1.jpg

      La Réalité Virtuelle, ici on connaît. Quand on se retrouve face à l’écran interactif du Lab de l’Institut Culturel de Google, cette virtualité à base de gigapixels devient quasi palpable, tactile. On dirait presque « plus que réelle » ou mieux : hyper-réelle. C’est l’expérience qu’a vécue le groupe d’étudiants d’Epitech venus visiter les bureaux parisiens de l’entreprise de Moutain View.

      Le Lab, kesako ?

      Le Lab de l’Institut Culturel a été inauguré le 10 décembre 2013. Il s’agit d’un espace conçu pour encourager l’innovation et la collaboration entre les secteurs des nouvelles technologies et de la culture. C’est aussi une nouvelle étape dans la vie de l’Institut Culturel de Google.

      C’est comment ?

      Le Lab de l’Institut Culturel de Google se trouve dans le 9e arrondissement de Paris, dans une des ailes de ce vaste siège européen. Cet espace de 340m² associe un atelier équipé de technologies expérimentales ; un programme d’événements, de séminaires et d’ateliers de même qu’un programme de résidences destiné à offrir à de jeunes artistes les outils, le réseau et les compétences techniques des ingénieurs de l’Institut Culturel.

      Un mur interactif de plus de 60m² vous accueille à l’entrée et là, « bonjour les yeux »… Basée sur une technologie proche de celle de Google Street View, des œuvres parcourent ce mur et via une tablette, on choisit un tableau. Photographiées avec une caméra conçue tout exprès et qui shoote en « gigapixel » – des milliards de pixels -, on peut entrer dans les œuvres et scruter tous leurs détails d’une façon inédite. Impressionnant, ce mur interactif est l’un des plus grands d’Europe.

      Google-art-institute-visite-Epitech-diaporama-2.jpg

      L’Institut Culturel de Google

      L’Institut Culturel de Google est unique au monde et a pour mission de créer des outils qui favorisent la préservation et la valorisation des divers héritages culturels pour les rendre accessibles aux internautes du monde entier. Google s’est ainsi associé à des centaines de musées, d’institutions culturelles et d’archives pour donner à tous les internautes accès à des œuvres exceptionnelles à découvrir ou à redécouvrir. Il repose aujourd’hui sur deux piliers :

      une plateforme en ligne qui permet ainsi aux internautes de retrouver l’ensemble des projets développés par Google avec le monde de la culture. Ils peuvent accéder à des milliers d’oeuvres d’art du monde entier, visiter des sites historiques et archéologiques, et parcourir des expositions numériques.
      le Lab de l’Institut Culturel, cet espace physique situé dans les locaux de Google à Paris a vocation à favoriser les rencontres, les débats et la création.

      D’où vient-il ?

      Le Google Art Project est le premier projet de l’Institut Culturel de Google. Il a été lancé par un salarié de Google qui a pu consacrer son “fameux” projet 20% à cette initiative (les salariés de Google peuvent en effet consacrer un cinquième de leur temps à des projets personnels).

      Amit Sood, créateur du projet aujourd’hui directeur de l’Institut Culturel et ses collègues passionnés d’art ont lancé le projet en 2009, en mettant des images haute définition à disposition gratuite sur le web, issus des collections des musées partenaires. Cet outil de muséographie digitale a dû dépasser l’étonnement de départ, et heurter quelques habitudes aussi, pour prendre sa vitesse de croisière.

      En 2011, le Google Art Project devient l’Institut Culturel de Google et est rejoint par d’autres projets comme World Wonders et des expositions en ligne sur des événements historiques.
      C’est à Paris que sont basés les ingénieurs qui travaillent sur cet institut culturel digital, qui reste volontairement à but non-lucratif.

      Et maintenant ?

      De 17 au début du projet, on est passé à plus de 500 partenaires à travers le monde. Des tonnes de pixels culturels sont désormais à libre disposition. Tout cela sans que Google ne s’arroge de copyright sur ce qu’il diffuse sur la plateforme. Les droits des œuvres, expositions et archives restent propriété des musées. En France, le château de Versailles (le premier à entrer dans la danse), le musée d’Orsay, le Quai Branly, l’Institut du Monde Arabe et d’autres encore travaillent avec l’Institut Culturel.

      Carrément !

      L’Institut Culturel de Google a mis en ligne son nouveau projet autour du Street Art. Une manière de pérenniser cet art urbain éphémère par définition. On pense ici à tous ceux qui ont manqué de visiter la Tour Paris 13 et qui peuvent ainsi voir les pièces détruites depuis… En tout, 30 partenaires de 15 pays ont mis en ligne plus de 5000 oeuvres de Street Art. Bonne visite !