Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Mettre le feu dans le jeu vidéo mobile

      09.09.15

      Honikou-Games-Guillaume-Faia-Epitech-Alumni-Marseille-1.jpg

      Il y a deux ans Guillaume Faia (Epitech promo 2013) se lançait dans la compétition entrepreneuriale en créant une start-up dans le monde très sélectif du jeu vidéo. Son entreprise, Honikou Games est spécialisée dans le jeu vidéo mobile et c’est déjà un succès. Guillaume nous raconte ce qui n’est que le début de cette aventure. Car il ira loin.

      2 premiers jeux, 2 millions de téléchargements

      « Pour revenir sur le tout premier jeu que j’ai développé, je voulais répondre à ma question, savoir si j’étais capable de développer un jeu de A à Z, le sortir et le monétiser. Je me suis alors inspiré d’un jeu de foot que j’avais vu développé sur iOS et pour cela, j’ai passé un mois à apprendre la techno. Puis j’ai mis une semaine à développer le jeu. Une fois sorti sur l’Apple Store, j’ai fait 700 000 téléchargements. Je me suis dit que, là, je tenais quelque chose. »

      Tamagotchi’s not dead

      « Ensuite, quand j’étais en Angleterre pour ma quatrième année à l’international, j’ai développé “Pet Tamagotchi”. Dès le premier mois, j’avais fait 10 000 € de recette donc voilà (sourires)… Sauf que, j’ai eu un problème, je n’avais pas du tout anticipé le fait que Bandai avait des droits sur le terme tamagotchi. Ils ont “éteint” l’application. Ca fait partie des erreurs qui font avancer. »

      Forum EIP 2013

      « En revenant de la Kent University, nous avons finalisé notre EIP Honikou Games avec les autres membres de mon groupe. Pour moi, cet EIP a été une excellente rampe de lancement pour créer mon entreprise. J’ai d’ailleurs souvent repensé à ce que m’avait dit un investisseur lors du Forum EIP : “Il faut savoir bien s’entourer”. Il avait raison. »

      Ce qui ne tue pas rend plus fort

      « À la fin d’Epitech, j’ai en effet commis une grosse erreur, celle de m’isoler et de travailler tout seul dans mon coin sans me confronter aussi régulièrement que je le fais aujourd’hui au marché. J’ai fait un lancement qui n’a pas du tout marché. Cela a duré 6 mois puis j’ai pivoté. »

      Do the right team

      « Début 2014, j’ai en revanche rencontré Laurence Olivier de Marseille Innovation et Denis Liotta et Olivier Mouillet de NetAngels. Nous avons discuté des jeux vidéo et ils ont senti que j’avais aussi une vision business. Le courant est passé, nous avons tout de suite démarré avec une phase de test sur un premier produit “Daily Kitten“. Puis rapidement, une décision commune a été prise, celle d’aller plus loin ensemble et de s’associer mi-2014. »

      Honikou-Games-Guillaume-Faia-Epitech-Alumni-Marseille-portrait-2.jpgLa recette de la réussite

      « En 2014, Daily Kitten a été téléchargée 1,4 milllion de fois… Pour réussir, je pense qu’il faut avoir une sensibilité produit. C’est pour cette raison aussi que je continue à jouer sur mon temps perdu, pour savoir proposer des jeux qui vont parler à différents publics, enfants comme adultes. J’adore jouer, j’adore développer, je souhaite proposer des jeux passionnants pour amuser les gens à mon tour. Par ailleurs, la partie référencement sur le (Google) Play store est cruciale. »

      Tête de gondole

      « Daily Kitten est actuellement notre produit phare. C’est déjà une réussite en terme de téléchargement mais il faut désormais en faire un succès aussi en terme d’expérience de jeu. Nous y travaillons pour trouver des systèmes de récompenses des joueurs qui soient plus pertinents. »

      Du chaton au gros matou

      « Au niveau business, nous voulons faire de Daily Kitten un succès complet puis ajouter les plateformes Windows Mobile et Facebook. Et enfin, le jeu vient d’être pré-installé dans les tablettes que Gulli fabrique actuellement à destination des enfants. »

      Business plan

      « Si la structure doit grandir, il faudra continuer à garder les éléments qui font le succès de Honikou Games. Ce qui veut dire rester capables de sortir un jeu dans un délai très court même avec une petite équipe de développeurs et graphistes. Notre objectif est d’avoir 3 ou 4 équipe agiles à l’horizon de nos 3 ans pour pouvoir sortir plus de jeux et parallèlement, de nous concentrer sur la communauté de joueurs. Le but est de minimiser le risque sur la sortie d’un jeu qui ne rencontrerait pas le succès escompté (40 % des lancements sur l’historique de Honikou Games). »

      Liberté chérie

      « Pour moi, vivre l’aventure de l’entrepreneur est moins difficile que d’aller travailler dans une entreprise parce que j’aime ce que je fais et je me sens libre. »

      Merci Epitech

      « L’école m’a inculqué cette capacité d’apprendre ce dont j’avais besoin au moment où j’en avais besoin, et d’évoluer avec les technologies. Cela m’a donné de très bonnes bases de développement. »