Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Hackathon Arcep X Epitech : « une acculturation réciproque »

      14.02.19

      L’Arcep, l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes, a organisé un hackathon à Epitech Paris les 11 et 12 février dernier pour acculturer les étudiants à la 5G, une technologie prometteuse et qui, à l’horizon 2020 sera diffusée partout en France.

      Omniprésence des technologies 5G

      L’Arcep est un organisme public qui régule les télécoms ; une de ses missions consiste à délivrer aux opérateurs des fréquences pour leurs réseaux mobiles

      Hacène Lahreche, chef de l’unité technologie et innovation à l’Arcep, connaît bien Epitech. Il intervient régulièrement devant les étudiants pour les « sensibiliser à des futurs possibles qui vont les concerner », à savoir l’omniprésence des technologies 5G en France d’ici peu de temps.

      Les étudiants présentent leurs projets devant le jury du hackathon

      « Notre travail en ce moment, c’est de préparer le terrain pour que la 5G puisse bien se développer et se diffuser en France, afin que ce pays soit pionnier, et puisse amener des éléments de compétitivité forte » explique Hacène Lahreche. Un débit 10 à 100 fois plus élevé que la 4G, une latence divisée par 5, des communications beaucoup plus fiables … les promesses de la 5G sont élevées. C’est dans ce contexte que l’Arcep a organisé ce hackathon.

      « La 5G est un vrai sujet industriel avec des enjeux en informatique et nous voulons que les étudiants d’Epitech captent le potentiel de cette technologie pour leur carrière »

      s’enthousiasme le chef de l’unité technologie et innovation de l’Arcep.

      L’attribution dynamique des fréquences

      Une vingtaine d’étudiants en deuxième année a donc décidé de participer à ce hackathon dont le but est de concevoir certaines briques d’un système d’attribution dynamique des fréquences « Il y a plusieurs aspects à prendre en compte, de la simulation des comportements des acteurs sur le marché des fréquences, jusqu’aux mécanismes de transactions dématérialisées » précise Hacène Lahreche.

      Un groupe d’étudiants a travaillé sur la thématique de l’interface graphique, soit comment d’un point de vue ergonomique, gérer les demandes d’attribution des fréquences pour l’Arcep. Deux groupes d’étudiants ont travaillé sur la définition des règles d’attribution des fréquences en lien avec les missions de service public de l’ARCEP, soit comment gérer les contrats quand quelqu’un demande une fréquence, comment lui attribuer, grâce à un système d’enchère. Enfin, deux groupes ont travaillé sur la création d’un marché secondaire d’achat et de vente, en utilisant les technologies de la blockchain pour certifier les transactions des fréquences.

      Vient le moment des récompenses !

      Et comme dans tout hackathon, il y a des prix à gagner. Les lauréats ont tous remporté un kit de développement numérique, comprenant un Raspberry pi et un ensemble de 37 capteurs et modules de connectivité, dans l’objectif de développer des projets télécom et IoT.

      • Le premier groupe a été remarqué grâce à son projet de modélisation et d’attribution des fréquences 5G via un outil multi-agents des données géographiques.
      • Le groupe qui est arrivé en deuxième place a travaillé sur la mise en œuvre d’enchères via des smart contracts sur la blockchain Ethereum.
      • Le troisième groupe lauréat a travaillé sur l’interface graphique permettant de réaliser des opérations d’achat et de vente sur le marché secondaire d’attribution des fréquences.

      Hacène Lahreche remercie les étudiants d’Epitech pour leur participation et remet les récompenses aux gagnants

      Bravo à tous les participants, et espérons que ce hackathon aura fait naître des vocations à nos étudiants, ou du moins, les aura inspiré pour leur projet de fin d’année : les Epitech Innovative Projects