Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Money management

      08.04.16

      Financials-appli-mobile-Emilien-Lancelot-Epitech-Paris-1.jpg

      Emilien Lancelot (promo 2018) est un jeune garçon sérieux : il fait ses comptes. Et comme tout projet, et toute start-up aussi, l’idée de Financials lui est venue d’un besoin non satisfait : pouvoir faire ses comptes plus simplement qu’en remplissant des cellules d’un tableau Excel puis le comparer avec le relevé mensuel de sa banque. Ceci est la première étape d’un projet Hub Innovation qui pourrait plaire à tous les paniers percés.

      Le fastidieux au régime fast

      Financials vous permet d’abord de savoir plus vite si vous êtes d’accord avec ce que vous présente le relevé mensuel de votre banque. Emilien nous en répète la généalogie, « Financials est née d’un constat : avant, je recevais mon relevé bancaire, je prenais tous mes tickets de caisse, de carte bleue etc., je mettais tout sur Excel et voyais si mon résultat “matchait” avec le relevé. Faire ses comptes comme ça, j’en avais vraiment marre… J’avais envie d’inventer quelque chose qui permette de supprimer cette étape et que ce soit automatique ».

      Mode d’emploi

      « L’appli remplace et nous fait oublier cette perte de temps. Sur la page principale vous avez un gros bouton sur lequel cliquer et vous entrez par exemple “14,50 €” pour telle dépense, vous le voyez sur l’interface et vous n’avez plus qu’à le sauvegarder. C’est enregistré dans un compte que vous avez prédéfini : compte courant, livret A, PEL etc… ».

      Synchronisation

      « Puis quand vous allez sur ce compte, Financials se connecte à votre banque (après avoir préalablement entré vos identifiants de connexion) et vous permet de voir si cette dépense a été validée ou non par celle-ci et vous sort aussi toutes les statistiques correspondantes. Voilà pour la partie principale ».

      Deuxième fonctionnalité

      « Vous pouvez entrer toutes vos données au fur et à mesure, soit vocalement soit manuellement si vous n’avez pas la reconnaissance vocale activée ou à disposition : vous pouvez vraiment tout “checker”. D’où la 2ème fonctionnalité intéressante : prenons un exemple que tout le monde connaît, celui du fournisseur Internet qui vous prend 20 € par mois pour votre abonnement Internet. Tout ce qui est prévisible, entrées et sorties mensuelles comme les prélèvements, est automatisé dans Financials, dans le compte que vous avez sélectionné sur l’appli. Financials vérifie si ces débits et crédits mensuels ont été effectués, ou pas ».

      Confidentialité et sécurité

      « Pour commencer, l’appli est protégée par un mot de passe et après, pour récupérer les données bancaires, j’utilise une technologie de scraping de site dont les sites bancaires qui utilisent du SSL – technologie qu’on utilise de base sur nos navigateurs, en HTTPS, quand on se connecte à la banque. À partir de là, il n’y a pas de problème surtout que sur cette version de Financials, on ne peut faire de virements bancaires, c’est uniquement de la visualisation, du “read-only” ».

      Les bons comptes font les bons amis

      « Financials ouvre aussi la possibilité de faire ses comptes entre amis quand, par exemple, on avance un kebab à un copain, un McDo à quelqu’un d’autre… L’idée de cette troisième fonctionnalité, c’est qu’on ouvre des comptes sur l’appli juste pour ses amis – ce ne sont toujours pas des comptes avec carte bleue. Il s’agit d’une interface sur laquelle on ajoute le nom des amis, vous cliquez sur les noms et cela vous donne un historique avec de grosses lettres rouges et vertes en fonction de qui a payé, vous ou tel ami et on se rend ainsi compte facilement où l’on en est dans ces dépenses entre amis ».

      Pense bête

      « Dernière fonctionnalité, une zone texte qui est sauvegardée automatiquement et qui permet de rentrer des données en cas de perte de votre CB. Quand on se fait voler son portefeuille, c’est la panique – qu’est-ce que je dois faire, comment faire opposition – donc l’idée c’est de rentrer par exemple le n° du centre cartes bleues, des choses comme ça, dans l’application et si cela vous arrive, d’avoir les infos essentielles à portée de main ».

      Protection

      « Si on se fait voler son portable, il y a un mot de passe sur l’appli, celui-ci est chiffré. Et puis sur Financials, on ne fait pas de virements bancaires, on n’a qu’un “read-only” des données comme déjà dit. L’utilisateur peut aussi empêcher à distance la mise à jour du script qui lui-même met à jour les données ou le supprimer tout simplement. C’est peu technophile, mais Financials se destine à ce type de public… ».

      Techno pour technophiles

      « Je ne vais pas mettre Financials en download sur le store parce que je n’ai pas envie de “mess-around” avec l’argent des gens pour ma première appli. Pour ceux qui sont intéressés, pas de souci : je donnerai le fichier APK, qui contient l’appli Android, à ceux qui la veulent ».

      Money coaching

      « Dans mon esprit j’aimerais que cette app se transforme en une sorte de coach au jour le jour : sur cette version de Financials, on voit où on en est de ses comptes mais il n’y a pas d’apport didactique. Ce que j’aimerais, c’est que l’appli vous prévienne d’arrêter d’acheter des jeux sur Steam par exemple et acheter plutôt de la nourriture en attendant le prochain virement (sourires). Une sorte de coach au quotidien pour vous aider à gérer vos finances ». Emilien, ou la tête sur les épaules.