Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      La Mode Homme, c’est pas mâle

      01.02.16

      Fil-Mood-clothes-French-brand-Gary-Chiche-Epitech-promo-2015-1.jpg

      Les étudiants d’Epitech investissent tous les secteurs professionnels, à mesure de la digitalisation d’une société comme la nôtre. Le domaine de la mode ne fait pas exception. On vous avait déjà parlé de French Mode, nous avons rencontré Gary Chiche (Epitech promo 2015) et son associé Arthur Guez qui, eux, ont lancé Fil Mood. Ils nous racontent cette aventure.

      Entrepreneuriat et digital

      L’école est très orientée entrepreneuriat, elle offre aussi à ceux qui veulent encore aller plus loin de participer à un programme en partenariat avec HEC. Porté par cet esprit d’entreprise, Gary en a lui-même profité : « j’ai effectivement fait une Académie HEC, celle qui s’appelle “Agence Digitale” et le Digital Innovation for Business Certificate Program (DIB) ».

      Digital Innovation for Business Certificate Program (DIB). – See more at: http://blogs.e-artsup.net/2013/04/e-artsup_au_digital_innovation.html#sthash.jhI08IbO.dpuf”
      Digital Innovation for Business Certificate Program (DIB). – See more at: http://blogs.e-artsup.net/2013/04/e-artsup_au_digital_innovation.html#sthash.jhI08IbO.dpufIB” et Agence digitale ».

      Business like a passion

      « Je suis passionné par l’entrepreneuriat depuis ma deuxième année à l’école, j’adore cet esprit d’entreprise. Avant Fil Mood j’ai d’ailleurs créé Smoke It Easy, une société de cigarettes électroniques que j’ai revendue 6 mois plus tard à un client qui a monté une chaîne en Italie ».

      E-commerce ? Prestashop of course

      Il nous décrit l’envers technique du décor : « le site Fil Mood est sous Prestashop, un CMS créé par des Anciens d’Epitech que j’utilise depuis plus de 5 ans et qui, pour moi, est le meilleur moyen et le plus rapide pour créer des sites e-commerce. Je travaille beaucoup aussi le SEO du site (meta description, balises, noms d’image etc.) car il y a une forte concurrence dans le secteur de la mode. C’est un travail qui se fait sur la durée, il y a tous les jours des améliorations à apporter ».

      Fil Mood, feel mode

      Arthur revient sur l’histoire de cette petite marque qui monte : « on a lancé Fil Mood en 2013, c’est la 2ème collection qu’on sort. Sur celle-ci, on propose 23 pièces, t-shirts et sweatshirts. On va se diversifier très bientôt avec des bombers, en kaki, bleu marine et noir et des pantalons chino ».

      Extension du volume

      « On vend de plus en plus, d’une part en France et d’autre part à l’international d’où le fait qu’on prenne contact avec des salons spécialisées mode et textile pour vendre en bien plus grosses quantités en Asie et aux États-Unis aussi ».

      Expansion du marché

      « Notre cœur de marché, , continue-t-il, c’est l’Asie parce que Fil Mood, c’est l’héritage de culture française à travers le graphisme et cette culture-là est très appréciée au Japon, en Corée du Sud et à Hong Kong qui sont de très gros marchés et très friands de ce type de marques comme nous. Et participer à des salons nous fait rencontrer ces acheteurs-là. Mais ce n’est pas chez nous que vous verrez du “Paris” ou la Tour Eiffel sur nos produits, on essaie d’être un peu plus subtil que ça… ».

      Fil-Mood-clothes-French-brand-Gary-Chiche-Epitech-promo-2015-photo.jpg

      (de gauche à droite, Arthur et Gary)

      Gary is arty

      « En ce qui concerne le coté artistique et la création de produit, reprend Gary, il y a un réel travail de réflexion et d’inspiration que nous puisons aussi bien dans les musées, bibliothèques, films qu’en se balladant dans les rues de Paris. Nous nous retrouvons ensuite avec notre directeur artistique, afin de brainstormer et sélectionner les meilleurs thèmes et sujets. Il s’agit de David Gonzalez, qui a travaillé pour Karl Lagerfeld, Balmain, Giambattista Valli, un grand pote d’Olivier Rousteing… ».

      Totoshop

      « Cette passion pour la création provient peut-être de mes visites dans l’atelier de peinture de ma tante quand j’étais petit. Cela fait plusieurs années que j’utilise Photoshop et Illustrator, qui sont des outils indispensables lors de la création d’une collection. Je suis obligé de maitriser ces logiciels afin d’y retranscrire mes idées ».

      Autofocus

      « J’ai toujours aimé la photographie, cela permet d’immortaliser un moment et de le partager avec d’autres. C’est la raison qui nous a poussé à créer la section Art Lovers, rubrique que je gère. Je rencontre des photographes ou artistes peintres (amateurs ou pas) qui acceptent que leurs photos soient relayées sur notre plateforme ».

      SEO

      « Pour cette rubrique Art Lovers, j’ai intégré du WordPress dans notre back office, c’est dans l’esprit blog, on met des petits articles pour chaque personne, avec une notice sur l’auteur, une description de celui-ci etc. Pour travailler le SEO, toujours ». Et ainsi, gagner en visibilité sur ce marché de la mode masculine devenu hyper compétitif.