Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Epitech au Bénin : la première promo est prête !

      16.01.19

      Le Groupe IONIS et Epitech s’apprêtent à ouvrir une nouvelle école franchisée en Afrique, au Bénin plus précisément. Sous l’égide de Ouanilo Medegan, ancien d’Epitech Paris (Promo 2007), ce projet bien réfléchi ouvrira début février et axera sa pédagogie sur des formations liées aux problématiques du Bénin et du continent africain. Nous avons discuté avec Ouanilo Medegan pour comprendre les enjeux d’un tel projet.

      Ouanilo Medegan n’est pas un novice chez Epitech. Il le dit lui-même : « Je connais l’école et sa pédagogie sous tous les angles ». C’est qu’il y a étudié jusqu’en 2007 en se spécialisant dans la sécurité informatique, puis il a encadré des étudiants, il a travaillé dans les opérations techniques de l’école, et enfin il est devenu directeur pédagogique de l’école de Paris… pour finalement décider de mener à bien le projet d’ouvrir une école franchise Epitech dans le pays dont il est originaire : le Bénin. 

       

      Epitech Bénin a organisé un challenge en août 2018 pour proposer à des lycéens de découvrir la pédagogie d’Epitech, et les infrastructures que l’école propose.

       

      Le Bénin : ce carrefour économique

      Pourquoi choisir le Bénin pour implanter une école Epitech en Afrique ? Ouanilo Medegan explique qu’ici, le terrain est propice à l’innovation, plus que dans un autre pays d’Afrique de l’Ouest. « Le Bénin est en train d’opérer un changement sur l’éducation et le numérique, on observe qu’une réelle appétence est en train de se créer sur les métiers du numérique. Les pouvoirs publics prennent conscience que notre éducation et notre pédagogie sont old school, qu’elles ne sont pas adaptées et qu’elles forment des chômeurs »

      Et c’est là qu’Epitech vient s’inscrire comme un élément de réponse à ces problèmes.

      Enfin, la position géographique du Bénin est favorable puisque le pays est situé au carrefour de deux zones économiques africaines très importantes : l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale, entre le Togo et la première puissance africaine : le Nigéria.

       

       

      Sèmè City, ou le hub innovation du Bénin

      Une pédagogie innovante qui prend en compte les spécificités d’un territoire, une implantation dans un écosystème favorable, et une revalorisation régionale : ce sont les enjeux que se sont donnés les fondateurs de cette nouvelle école. Le gouvernement Béninois a marqué son intérêt pour ce projet en lançant, au même moment, un projet de smart city appelé Sèmè City. Le but est d’héberger des laboratoires de recherche, des startups innovantes, pour mettre en place un écosystème progressif au Bénin. « Dans cette optique, raconte Ouanilo Medegan, Epitech colle totalement avec les ambitions de ce projet, c’est aujourd’hui la première école qui s’y installe ».

       

      Epitech Bénin a organisé un challenge en août 2018 pour proposer à des lycéens de découvrir la pédagogie d’Epitech, et les infrastructures que l’école propose.

       

      Un recrutement sélectif mais diversifié

      Une vingtaine d’étudiants formera la première promotion d’Epitech Bénin. Pour les sélectionner, l’équipe de Ouanilo Medegan a misé sur les dossiers des résultats du bac, et a fait passer des tests d’anglais, de logique, et de code basique. « La promotion est composée de personnes assez brillantes. On va avoir par exemple le jeune qui a eu la meilleure note du Bénin au baccalauréat, ou encore un autre jeune qui rêve de rentrer à Epitech depuis qu’il est en seconde. On a aussi une jeune fille qui fait partie des meilleures du pays, ou encore des jeunes très dégourdis qui font déjà du business, qui ont déjà monté une entreprise ou qui ont déjà commencé à coder » s’enthousiasme Ouanilo Medegan. Et si certains étudiants n’y connaissent rien au code pour l’instant, il ne s’en fait pas car la pédagogie innovante d’Epitech permet que le niveau de base ne soit pas déterminant dans une progression.

       

      Toujours pendant le challenge d’août 2018, les étudiants sont attentifs aux conseils d’Ouanilo Medegan.

       

      Les 15, 16 et 17 février, ces tek1 (comme on les appelle chez Epitech) seront en week-end d’intégration. À partir du 18 février, les étudiants auront le droit à deux semaines de pré-rentrée, où ils feront le tour des entreprises et des agences gouvernementales de la région qui travaillent dans le numérique. Enfin, les étudiants commenceront la fameuse Piscine Epitech le 4 mars.

      Un apprentissage spécifique liée aux problématiques du continent africain 

      Si effectivement, le tronc commun de la très fameuse pédagogie par projet d’Epitech est conservée dans le cursus d’Epitech Bénin, les projets d’innovation seront adaptés. « Les réalités exposées ici en Afrique ne sont pas les mêmes qu’en France par exemple. Rien que pour créer une entreprise, nous n’avons pas les mêmes problématiques de levées de fonds » explique Ouanilo Medegan.

       

      La première promotion d’Epitech Bénin !

       

      Il considère le projet d’installer une école Epitech au Bénin comme une vraie opportunité, parce que les étudiants vont apprendre à trouver des solutions aux problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. « Quand on propose un hackathon dans une école en France pour chercher des solutions à la faim dans le monde, on n’y est pas autant exposés qu’en Afrique, c’est quelque chose d’éloigné pour eux ».

      L’école d’Epitech Bénin va mettre donc l’accent sur les problèmes actuels des béninois. « On va parler d’agriculture connectée, de la digitalisation de l’éducation, de la transformation numérique de la santé… En fait, on va montrer aux étudiants qu’ils peuvent participer au bien-être de leur continent ». 

      Alors bienvenue au Bénin dans le réseau Epitech !