Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      La première session « Code & Go » de la Coding Academy s’est achevée

      18.09.15

      Coding-Academy-Epitech-IONIS-Education-Group-session-1-1.jpg

      La première session “Code & Go” de la Coding Academy s’est achevée vendredi dernier. Une petite fête de départ a été organisée par l’équipe encadrante ce lundi 14 septembre pour remercier les participants de leur investissement tout au long de ces 20 semaines de formation. Ces valeureux académiciens du code ont en effet suivi un programme intensif. Pour devenir un développeur opérationnel en 4 mois et demi, il faut en passer par .

      La bonne formation au bon endroit

      Ce ne fut pas tous les jours facile. Eric le reconnaît volontiers, lui qui connaissait d’ailleurs bien Epitech et sa philosophie: « j’avais fait quelques mois à l’école (Epitech, ndr) il y a déjà très longtemps – 7, 8 ans – , je n’avais plus trop de souvenirs de l’époque où j’avais été quasi au bout de la Piscine… Je connaissais donc la réputation de l’école et en voyant le programme de “Code & Go” made by Epitech, comparé à ce que proposaient certains concurrents, je me suis dit que c’était la plus judicieuse à suivre ».

      Intense

      « Ce sont 4 mois très intensifs, poursuit-il, il faut s’accrocher, ne pas avoir peur des zéro, c’est un peu la philosophie Epitech qui imprègne la Coding Academy… Quoi qu’il arrive, malgré les mauvaises notes, on apprend, on apprend, on apprend et l’on voit que l’on progresse, on sort de là assez fier. Au final et pour moi, la Coding Academy est une expérience très positive. Ne reste plus qu’à concrétiser la formation en trouvant un job ».

      Apprendre à apprendre

      Olivier cherchait, lui, « une formation qualifiante pour me mettre à la programmation et gagner des compétences en code, en pratique du code plus exactement. Ici, on balaie beaucoup de langages en 4 mois. Avec ce panorama, on acquiert cette dimension où l’on n’a “peur de rien” : ce n’est pas parce qu’on ne connaît pas un langage qu’on va avoir peur de l’appréhender ».

      Coding-Academy-Epitech-IONIS-Education-Group-session-1-portraits.jpg

      Du bas niveau jusqu’au web

      Eric confirme, « on a fait un bon gros tour des technologies en commençant par la base de la base, le C et le C++, histoire de comprendre le fonctionnement des autres langages par la suite. Concernant les autres technos, les langages web notamment, nous avons étudié outre le PHP, de l’AngularJS, du Node.js et du Ruby aussi qui est à la mode, les gens ont bien aimé sa simplicité et sa flexibilité ».

      Certificat et cas d’usage

      Sophie Viger, responsable du programme et spécialiste de la formation qualifiante puisque directrice de la Web@cadémie nous résume la session : « il y avait 10 participants. Sur les 9 qui ont été jusqu’au bout du programme, 7 ont été certifiés et 2 ont la possibilité de refaire la formation (“pass twice“). Sur ces 7 certifiés, Mikaël par exemple a déjà un CDI à 45k€ qu’il a signé à la fin de la formation ».

      Un pari très raisonnable

      « On ne s’engage pas à trouver un job à la sortie mais le système de financement de la formation permet de payer la moitié du coût global en différé, à la fin de la formation, en plusieurs versements. Ces facilités de paiement, nous les offrons parce que nous prenons le pari que nos étudiants trouveront un emploi à l’issue de la formation ».

      Coding-Academy-Epitech-IONIS-Education-Group-session-1-portrait-groupe.jpg

      Sur-mesure

      « L’encadrement assuré par nos dits “Geckos” est le même que celui réalisé par les assistants pédagogiques à Epitech, mais sur un mode plus “accompagnant”. La méthode pédagogique est en effet adaptée au temps plus réduit de la formation. Il ne s’agit toujours pas de donner la réponse mais d’orienter de manière claire les étudiants vers les bonnes questions… et par conséquent, la bonne réponse ».

      Une formation pour la vie d’après

      « Nous amenons chaque étudiant à créer son propre cadre d’apprentissage pour qu’il s’adapte facilement par la suite aux évolutions incessantes des technologies du web, autrement dit : de ne pas être dépendant d’un “prof'” qui transmettrait son savoir, mais d’être autonome dans l’apprentissage ».