Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Le Syntec confirme la croissance

      17.05.11

      À l’occasion d’une conférence de l’ADEISO, Epitech Bordeaux a eu l’occasion d’assister jeudi 7 avril à la présentation semestrielle des chiffres du Syntec numérique, la Chambre professionnelle des sociétés de conseil et de services informatiques, des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies. À lui seul, il regroupe à travers ses membres 80 % du chiffre d’affaires du secteur informatique et 280 000 professionnels. Pour 2011, l’ADEISO rapporte que l’APEC prévoit 5 000 recrutements dans le secteur de l’informatique en région aquitaine.

      La croissance s’accélère pour 2011

      Le Syntec numérique confirme ses prévisions de croissance pour 2011 avec + 3,5% pour l’activité logiciels, conseil et services informatiques, conseil en technologies. La croissance est également anticipée pour chacun des métiers : +3% pour les services informatiques, + 4% pour les éditeurs et + 4,5% pour le conseil en technologies, proche des niveaux d’avant crise même si le contexte macro-économique est à aborder avec prudence. La croissance pour l’année 2010 s’établit à 1,5%, dans la fourchette haute des prévisions annoncées en novembre dernier. Il s’agit d’un retour progressif à la normale : les niveaux de croissance prévus pour l’année 2011 se rapprochent peu à peu des niveaux d’avant-crise (+ 5% en 2008), entrainant un certain optimisme.

      Environ 40 000 recrutements sont attendus en 2011. À 80 % il s’agit de cadres, mais également un recrutement massif de jeunes diplômés, de profils expérimentés et de profils en alternance, ce qui traduit une réelle diversité dans les effectifs. À noter également que l’industrie du numérique est l’un des secteurs qui investit le plus en termes de formation aux métiers de demain ainsi que dans des programmes dédiés aux travailleurs en situation de handicap, à l’insertion et à la diversité. Le secteur des activités numériques emploie 370 000 collaborateurs dont 246 000 cadres, ce qui le positionne parmi les premiers recruteurs de cadres en France, même en période de creux.