Informations
    Actualités & évènements
      Loading...
      07.12.06

      Pourquoi avoir intégré l’Epitech ?

      Passionné par l’informatique depuis plusieurs années déjà, j’ai souhaité intégrer l’EPITECH parce que j’étais attiré par l’aspect pragmatique de l’école. Sa vision très opérationnelle convenait parfaitement à ce que recherchais à l’époque.

      Comment s’est passé votre cursus ?

      Les trois premières années du cursus n’ont pas été de tout repos ! Il a fallu que je m’adapte à un rythme singulier et particulièrement intense. L’investissement personnel a été important et la motivation l’une des clés essentielles pour tenir le choc ! C’est à cette époque que j’ai rencontré les personnes avec qui j’ai passé la majeure partie de mon temps à l’école. Ce sont également celles avec qui j’ai travaillé sur la plupart de mes projets.

      C’est en quatrième année que j’ai commencé à ressentir le besoin de me projeter dans le milieu professionnel. J’ai travaillé de façon intensive, ce qui m’a valu d’être Major de promotion. C’est également à cette époque que j’ai décidé de poursuivre mes études dès la fin de mon cursus à l’EPITECH. Mes résultats m’ont fait prendre conscience que j’avais les moyens de renforcer ma formation initiale par un troisième cycle. Je souhaitais m’orienter vers des problématiques plus managériales, associées à mon domaine de compétence initial, l’informatique. C’est également en quatrième année que j’ai été recruté pour devenir assistant professoral Oracle. Mon rôle consistait à préparer et à enseigner les travaux pratiques aux élèves de troisième année. L’expérience s’est révélée plaisante et très enrichissante. L’équipe était sympa et motivée pour faire du travail de qualité.

      Ma cinquième et dernière année a été rythmée par les chantiers que représentaient les multiples projets à rendre, couplés au travail à fournir dans le cadre des mes candidatures en troisième cycle. De projets en soutenances, sans oublier le passage d’examens annexes et la mise en place d’un partenariat avec Microsoft pour notre projet de fin d’études, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer !

      Quoi qu’il en soit, je garde un excellent souvenir de toutes ces années !

      Pouvez-vous nous parler des stages que vous avez effectués ?

      J’ai effectué mon stage de première année au sein de la Direction des Systèmes d’Information du groupe Mediagérance, une entreprise spécialisée dans la création et la réalisation de supports de communication à forte composante technologique. J’y occupais un poste de chargé de projet qui m’a permis d’aborder différentes problématiques associées à l’informatique d’entreprise. Mon rôle consistait à fournir au Directeur des Systèmes d’Information un ensemble d’outils et de rapports lui permettant de mieux appréhender ses actifs informatiques et d’assurer une meilleure gestion des ressources humaines de la DSI. J’ai ainsi cartographié le parc des licences logiciels de l’entreprise, conçu et réalisé l’outil d’urbanisation du parc informatique et élaboré une solution de gestion de projets.

      Mon stage de troisième année s’est déroulé, quant à lui, dans l’un des départements Recherche & Développement du groupe ALSTOM. J’avais pour objectif de définir puis d’implémenter un ensemble d’optimisations logicielles par l’utilisation de nouvelles technologies et d’algorithmes plus performants. L’objet de mon stage était fortement orienté vers la technique. Je l’avais souhaité ainsi afin de valider mes acquis et pouvoir par conséquence prétendre à un stage de fin d’études dans des dominantes plus métiers, davantage tournées vers le conseil en Système d’Information.

      C’est ainsi que j’ai eu l’opportunité d’effectuer mon stage de cinquième année au sein du cabinet d’audit et de conseil PricewaterhouseCoopers. J’y ai intégré la division Advisory – Amélioration de la Performance, Risques et Contrôle interne, en tant que consultant junior. Les problématiques sur lesquelles j’ai été amené à travailler m’ont permis de mieux appréhender les enjeux associés à l’environnement économique et réglementaire relatif aux Systèmes d’Information, tels que Sarbanes-Oxley ou Bâle II. L’occasion qui m’a été donné de travailler à l’international en collaboration avec de nombreuses équipes européennes a également été l’un des moments forts de ce stage.

      Et votre Projet de Fin d’Etudes ?

      J’ai fait partie de l’équipe à l’origine du projet ShareIT. J’en garde un très bon souvenir. Le défi était double. Il fallait à la fois se pencher sur une problématique technique assez vaste comprenant des technologies hétérogènes et une architecture complexe, mais également développer tout un axe « marketing » autour du projet. C’est ainsi que nous avons mis en place un partenariat avec Microsoft qui nous a donné l’opportunité d’intervenir au cours de l’une de leur présentation, face à des professionnels du secteur. Nous avons également eu la chance de recevoir leur soutien au cours de notre soutenance finale, un appui très bien accueilli par la direction de l’école.

      Je suis très heureux de voir que notre projet a été repris d’une main de maître par une équipe issue de la promotion suivant la nôtre. Ses membres sont très dynamiques et motivés. Ils ont su insuffler la même ambition au projet que nous avions souhaité le faire dès son lancement.

      Aviez-vous des projets personnels ?

      J’ai en effet profité de mes co
      nnaissances acquises au sein de l’EPITECH pour développer un projet personnel au cours de mes études. Du nom de « Winplayers », l’association que j’ai fondée et présidée pendant plusieurs années avait pour objectif de proposer aux internautes une plateforme en ligne d’évènements compétitifs virtuels. Ce projet m’a permis de développer de multiples partenariats et ainsi travailler avec de nombreuses sociétés de renom telles que AMD, Vivendi Universal, Microsoft ou encore MSI. Le projet a reçu un très bon écho et a été un véritable succès puisque ce sont plusieurs dizaines de milliers de joueurs qui se sont donnés rendez-vous sur cette plateforme pour en découdre !

      Qu’avez-vous fait à la fin de votre cursus ?

      Comme je vous l’ai dit, je souhaitais ajouter une dimension managériale à mes compétences techniques acquises au sein de l’EPITECH. C’est ainsi que j’ai postulé à plusieurs formations de troisième cycle de type « Mastère Spécialisé » en Management des Systèmes d’Information. J’avais clairement identifié trois programmes qui répondaient à ce que je recherchais et qui étaient dispensés par des écoles prestigieuses selon un principe de partenariat « Ecole de Commerce », « Ecole d’Ingénieur » : 1) HEC & Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris (ENSMP) ; 2) ESSEC & Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris (ENST) ; 3) EM Lyon & Ecole Centrale de Lyon (ECL).

      Grâce aux résultats positifs reçus par l’ensemble de mes dossiers de candidature, j’ai finalement choisi d’intégrer le Mastère Spécialisé mené en partenariat par le Groupe HEC et l’Ecole des Mines de Paris intitulé « Management des Systèmes d’Information et des Technologies » (MSIT). Celui-ci a pour vocation de nous préparer à des carrières de pilotage de grands projets liés aux systèmes d’informations (stratégie, urbanisation, réorganisation, optimisation des coûts…), qu’il est possible d’exercer au sein de cabinets de conseil ou de grandes entreprises internationales. Les sujets abordés intègrent des aspects à la fois managériaux et techniques.

      Comment se passe l’admission pour les Mastères Spécialisés ?

      Pour intégrer un Mastère Spécialisé accrédité par la Conférence des Grandes Ecoles, il est nécessaire de passer par deux étapes éliminatoires. La première d’entre elles, dite « étape d’admissibilité », consiste à fournir un dossier complet composé des notes de l’étudiant au cours de sa formation actuelle ainsi que des scores obtenus au travers d’examens annexes complémentaires (TOEIC ou TOEFL et TAGE-MAGE ou GMAT). A cela s’ajoute un dossier de candidature dans lequel l’étudiant doit exposer son projet professionnel et sa motivation. D’autres aspects plus personnels sont également abordés.

      La seconde et dernière étape, dite « d’admission », consiste à participer à un entretien de motivation face au(x) Directeur(s) Scientifique(s) du Mastère ciblé et éventuellement quelques anciens élèves. Les modalités de ce passage varient d’une école à l’autre. L’objectif est de vérifier la véritable motivation du candidat, ainsi que la cohérence de son choix non seulement par rapport à son parcours étudiant et/ou professionnel, mais aussi par rapport à son projet de carrière.

      Avec quelques mois de recul sur cette nouvelle année d’étude, je me rends compte que les aspects managériaux abordés à l’EPITECH m’ont été essentiels, que ce soit concernant la Finance, la Stratégie d’Entreprise ou encore le Marketing. A dire vrai, il me paraît difficile de prétendre à un Mastère de ce type sans suivre de façon assidue l’ensemble des séminaires relatifs à ces matières. Ils constituent une base de connaissances incontournable.

      Souhaiteriez-vous ajouter quelque chose ?

      Je souhaiterais conclure cette interview en remerciant vivement Mme Bouclier, Mr Besset et Mr Isoard, professeurs à l’EPITECH, pour leurs précieux conseils et soutien dans le cadre de mes candidatures en troisième cycle. Je souhaiterais également remercier toute l’équipe pédagogique de l’école ainsi que les différentes personnes avec qui j’ai eu la chance de travailler tout au long de mes études, et plus particulièrement mon binôme, Joël Lu.