Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Une année après le lancement d’Epitech Bruxelles, que font les étudiants ?

      28.08.19

       

      Les étudiants de la première promo Epitech Bruxelles viennent d’achever leur première année. Et quelle année ce fût ! Dès qu’on les a vus finir la Piscine C sans se noyer, on a su que la suite allait bien se passer. Il y a eu bien sûr des hauts et des bas. Après tout, nous sommes Epitech et ce ne serait pas fun sans obstacles sur la route.

      Epitech, ou comment acquérir des compétences en accéléré

      Si on choisit de faire ses études à Epitech, c’est parce qu’on s’attend à suivre une formation efficace, basée sur l’acquisition de compétences réelles. C’est ce qu’Epitech promet et délivre. « Après l’expérience de la première année, je peux affirmer que ce qu’on m’a dit avant de rejoindre Epitech est vrai. Donc je ne suis pas du tout déçu de mon choix », nous révèle Joshuel Kuilwijk, étudiant au campus de Bruxelles. Il apprécie de pouvoir travailler en autonomie, ce qui n’était pas du tout le cas quand il était à l’école secondaire. Confrontés à un rythme de travail soutenu, les étudiants apprennent beaucoup sur eux-mêmes et se forgent leur identité professionnelle, et ce à partir du premier jour de rentrée.

      Julien Stuckens, un autre étudiant, a vu ses attentes en termes de pédagogies satisfaites. Il raconte : « Epitech est l’école la plus adaptée à ce que je voulais faire, c’est-à-dire obtenir rapidement des connaissances et de la pratique ; mais surtout se concentrer sur l’informatique sans passer par les matières annexes imposées par la plupart des autres écoles. »

       

      Résultat de recherche d'images pour "hack belgium 2019"

       

      Le chemin vers la professionnalisation

      Depuis un mois, la première promotion belge est en stage. À Epitech, on se professionnalise très tôt et le large réseau en expansion dont bénéficie l’école assure un éventail de choix de carrière pour tous les goûts.

      Joshuel Kuilwijk fait son stage au sein de l’entreprise Northstone, spécialisée dans la création de logiciels en réalité virtuelle, qu’il a découverte lors de la participation d’Epitech au festival d’innovation Hack Belgium.

      Julien Stuckens, dont le profil intéresse grâce, entre autres, à ses compétences linguistiques, a été accepté comme stagiaire en Chine où il travaille pour une entreprise belgo-chinoise, Zapptax, en tant que développeur back end et full stack. « Ce stage était tout désigné pour moi et j’ai beaucoup de chance de pouvoir vivre cette expérience », nous dit-il.

      Oscar Zumbrunn a saisi l’opportunité de réaliser son tout premier stage dans un laboratoire d’innovation – Raincode Labs – où il y fait de la programmation et de la métaprogrammation en C#, entouré de chercheurs et de professionnels dans ce domaine.

      Skydoo, une entreprise belge, accueille trois étudiants d’Epitech Bruxelles. Théo Locati travaille sur la création de sites web et sur des solutions e-commerce. Son camarade Yaacov Levy y fait du développement front end et back end tandis que David Sokhan Sanj participe au développement d’un projet d’intelligence artificielle.

      Cette première promotion ne manque donc pas de diversité en ce qui concerne les profils qui se dessinent.

      Ils espèrent tous revenir de leur stage avec un bon bagage technique ainsi que de nouvelles méthodes de travail en équipe. Ils attendent surtout que cette expérience les introduise véritablement au monde professionnel.

       

      Résultat de recherche d'images pour "global game jam epitech belgique"

       

      Le verdict

      Le sentiment général après la première année est celui de satisfaction : la satisfaction d’être conforté dans son choix professionnel, de s’être surpassé et d’avoir appris énormément en peu de temps. Nos tous premiers étudiants ont vite assimilé l’éthique de travail qui découle de la philosophie Epitech, au point de citer en grande majorité la Global Game Jam comme leur événement préféré de l’année.

      C’est la preuve du fait que travailler intensément en équipe, pendant 48h, pour coder un jeu vidéo est plus intéressant que de simplement en jouer un. Cela en dit long sur la passion de nos étudiants pour les jeux vidéo, mais aussi pour la programmation.

      Un peu de sagesse pour les nouveaux venus

      La rentrée 2019 approche à grands pas. L’aventure recommence pour une nouvelle promotion. Sans plus tarder, voici les conseils de la première promotion d’Epitech Bruxelles aux futurs étudiants :

       « Si vous prenez la décision de venir à Epitech, vous aurez l’occasion d’apprendre, créer, voyager, découvrir et plein d’autres choses encore. Il n’y a pas de mauvaise façon de vivre l’expérience Epitech. » Julien Stuckens

      « Terminez bien les projets puisque souvent les projets qui suivent utilisent des compétences apprises à la fin des projets précédents. » Oscar Zumbrunn

      « N’oubliez pas que la programmation est un jeu de logique. Cela rend le contenu des fois plus digeste et donne envie de travailler. » Théo Locati

      « Le conseil que je pourrais donner aux futurs étudiants d’Epitech est de ne pas abandonner. La Piscine C est très intense, et plusieurs fois j’ai eu des moments de doute, me disant que c’était trop compliqué pour moi, mais il faut juste tenir et persévérer. » Joshuel Kuilwijk

      « Bossez, bossez et bossez ! Bienvenue à Epitech. » Yaacov Levy

      « Ne lâchez rien, travaillez continuellement et vos efforts paieront. » Loic Deville

       

      Alors on souhaite FORCE ET HONNEUR pour les nouveaux venus !