Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Répète avec tes doigts

      13.02.15

      Jubeat-Epitech-Innovation-Hub-1.jpg

      Trois étudiants ont découvert l’année dernière Keimyung University, la Corée du Sud et sa très intense culture des salles de jeux d’arcade. Devenus fans d’un jeu en particulier, Jubeat, ils ont réussi à le refaire en mode do-it-yourself.

      Qui sont-ils ?

      Il s’agit de Jérémy Dubuc, Quentin Guay et Thierry Berger, tous trois de la promo 2015. Ils nous racontent leur histoire.

      C’est quoi Jubeat ?

      Quentin résume le jeu de façon concise : « Le principe est très simple, fondé sur le principe universel du chasse-taupe où, tout simplement, on doit sur un clavier de 4 x 4 touches reproduire en rythme la musique qui est jouée. »

      Jubeat-Epitech-Innovation-Hub-diaporama.jpg

      Le choc des cultures

      « Ce qui est drôle, avoue Jérémy, c’est qu’avant d’arriver en Corée du Sud, les bornes d’arcade ne m’intéressaient pas trop mais là-bas, j’ai complètement accroché à Jubeat… Et pas seulement moi. On s’est dit qu’il fallait absolument qu’on le refasse, parce que ce jeu est juste génial et qu’on devrait pouvoir y jouer en dehors des salles d’arcade. On a donc commencé à travailler sur cette idée en Corée. De retour, nous nous y sommes remis avec Quentin et Thierry aussi qui nous a rejoints ».

      Le prototype actuel

      Toujour d’après Jérémy, « nous avons commencé à concevoir le proto en Corée mais nous n’avons pas pu faire ce qu’on voulait en termes mécaniques. De retour parmi nous, « au niveau hardware, souligne Thierry, le clavier mécanique a été usiné dans le lab Evolutek d’Epitech / Epita à Villejuif. Et le Hub Innovation nous a fournis du financement et de l’aide pour acheter le matériel nécessaire ».

      Hard, oui, no

      Comme le décrit Quentin, « le clavier mécanique est connecté directement à un Arduino. Sur cette partie Arduino, tout est développé directement en Processing, un langage que nous avons vu d’ailleurs en Corée du Sud. Et cet Arduino est, lui, connecté à un ordinateur qui tourne sous Windows. L’application a été développée sous Windows aussi et elle est compatible avec n’importe quel ordinateur ».

      Processing, kesako ?

      « Processing, nous explique Jérémy, est un langage qui a été développé il y a un moment et qui permet de développer un programme assez rapidement avec peu de connaissances. Un ensemble de bibliothèques est fourni directement via l’interface. Avec ces bibliothèques, on fait presque ce que l’on veut, notamment avec Arduino où ils ont intégré le Processing pour tout ce qui est développement sur la carte ». Pour être bien clair grâce à Thierry, « on n’utilise pas Processing pour Processing, mais parce qu’Arduino a choisi Processing ».

      De l’intérêt du proto

      Pour Jérémy toujours, « ce proto est une première version qui nous permet de faire des tests, de voir les problèmes techniques qu’on n’avait pas vus jusque là, tous les problèmes d’ergonomie, d’utilisabilité etc. »

      Jubeat-Epitech-Innovation-Hub-etudiants-2.jpg

      Konami call

      Conclusion en forme d’appel du pied par Jérémy toujours : « on souhaite montrer à Konami, l’éditeur de Jubeat via Benami, que ce projet peut intéresser beaucoup de monde en Europe, et qu’il y a quelque chose à faire, en sachant qu’ils peuvent compter sur nous. »