Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Les Google Glass à la campagne

      05.11.14

      InnovAgro-Epitech-Innovation-Hub-Bordeaux-SciencesAgro-Montpellier-SupAgro-1.jpg

      Démarré hier, Innov’Agro 14 est le premier challenge croisant agronomie et nouvelles technologies, orienté sur l’usage que l’on pourrait faire des Google Glass dans le domaine de l’agriculture et de l’environnement. Il réunit pendant 4 jours à Bordeaux et Montpellier des étudiants d’Epitech de même que des élèves de Sciences Agro de Bordeaux et SupAgro de Montpellier.

      L’agriculture du futur

      Ces 4 jours ont été conçus pour relever ce défi : concevoir un prototype de services ou d’applications basées sur l’utilisation des lunettes connectées pour les techniciens agricoles. Maferme-Neotic, partenaire d’Innov’Agro 14, fournit aux participants le « cadre métier » et les éléments du contexte (produits existants, attentes utilisateurs, réglementation…).

      Classe Google Glass

      Michael Ohayon (promo 2016) et Jérémie Amsellem (promo 2017), tous deux membres du Google Group au sein de l’Epitech Innovation Hub, sont allés avant le début du challenge à Montpellier et Bordeaux « de façon à présenter les Google Glass aux étudiants. Ils ont pu les découvrir et les manipuler en vrai et commencer à réfléchir à ce qu’il pourrait mettre en place dans le cadre d’Innov’Agro. »

      C’était pas mieux avant

      On a déjà parlé du Projet des Vignes portés par notamment des étudiants de l’école ; les idées englobant objets connectés, biotechnologies, robotique et agronomie fleurissent. Les secteurs de l’agriculture et de l’agro-alimentaire ont basculé dans le 21è siècle depuis longtemps. En moyenne, les entreprises agroalimentaires consacrent ainsi 1,8 % de leur valeur ajoutée à la R & D. Dans deux cas sur trois, l’innovation permet de réduire l’impact environnemental de l’activité de ces entreprises.

      Ukujima-solar-sharing-InnovAgro.jpg

      Biotech et agronomie, des topics globaux

      Les entreprises biotechnologiques multiplient les projets, des start-up de la Silicon Valley travaillent actuellement sur des middlewares à destination des laboratoires concentrés sur les combinaisons d’ADN. Au Japon, Toyota par exemple s’intéresse aussi à l’ADN des plantes en partenariat avec le Centre national de recherche agronomique local pour améliorer les performances de plantes telles que la canne à sucre. Ce que l’on fait déjà pour le riz ou le maïs.

      En France aussi

      Parmi les structures travaillant sur l’innovation agronomique dans notre pays, on peut citer l’INRA ou le CIRAD dont l’Unité Mixte de Recherche Innovation a d’ailleurs comme un de ses organismes de tutelle Montpellier SupAgro. Cette même école d’ingénieurs partenaire d’Innov’Agro 14.

      La remise de prix sera effectuée ce week-end.