Informations
    Actualités & évènements
      Loading...

      Des étudiants d’Epitech Nice ont gagné un hackathon sur la blockchain et le football

      11.06.19

      Cinq étudiants d’Epitech Nice ont participé à un hackathon organisé par Monaco sur la blockchain et le football le 7 mai dernier…et ils l’ont gagné !

      Révolutionner la pratique du football

      Le but de ce hackathon « Monaco International Blockchain »était d’imaginer une solution en blockchain qui révolutionnerait la pratique du football, le développement des joueurs et l’expérience des fans.

      Passionnés de football et de blockchain

      Pierre-François Morganti, Andrea Tombarel, Julien Deporte, Alexandre Couzi et Edouard Supper sont les cinq étudiants d’Epitech Nice qui ont participé à ce hackathon monégasque. Passionnés de football et de blockchain, ces étudiants en deuxième année ne s’attendaient pas à ce que ce challenge soit aussi intéressant.

      Un challenge organisé à Monaco

      « On est amis depuis la première année, on aime beaucoup travailler ensemble, et quand Julien nous a parlé du projet, on a décidé de s’y mettre à fond » raconte Edouard Supper. Julien Deporte est effectivement très intéressé par les technologies de la blockchain. Depuis quelques années, il organise des conférences sur le sujet à Epitech Nice et en dehors.

       

      Alors il s’est occupé d’expliquer les grandes lignes de la blockchain à ses quatre amis, et de les acculturer à cette technologie.

      Et les Epitech gagnent … !

      Alexandre et Andrea sont quant à eux, supporter de football depuis très longtemps. Mais du PSG, pas de l’AS Monaco (chut). Pendant ce hackathon qui a duré 24h à peine, pas besoin de prototype, les participants ont seulement dû réfléchir à des idées concrètes pour améliorer le monde du football.

      Crypto-monnaies et échanges de joueurs

      Différentes conférences ont été présentées lors de cette journée, organisée par Sébastien Icard, créateur d’une crypto-monnaie appelée Monoeci, qui est utilisée pour des transactions dans la ville de Monaco.

      L’équipe d’Epitech était la seule équipe étudiante à participer à ce hackathon, et c’est pourtant bien elle qui l’a remporté !

       

       

      L’idée proposée par les étudiants est assez simple : investir les supporters de clubs de football dans la vie des clubs et des joueurs. Chaque équipe de foot et chaque joueur sont représentés par une crypto-monnaie, et chaque supporter peut investir dans ce club ou ce joueur en achetant des parts via la blockchain.

      Alexandre précise : « On permet aux supporters de participer à la vie de leur club ou à la carrière d’un joueur. Aujourd’hui, il est possible à n’importe quel supporter de parier sur la réussite d’un joueur mais pas d’investir sur sa carrière ni d’avoir des parts dans un club si le statut du club ne le permet pas ».

      Le supporter est actionnaire

      Une idée nouvelle qui a visiblement plu à l’auditoire. Cette solution pourrait rendre le supporter acteur d’une réussite, en plus de lui rapporter de l’argent. Ce supporter devient « actionnaire ». Un club de football peut profiter également de cette solution car elle facilitera les échanges avec les supporters et permettra à celui-ci, comme aux joueurs, de compter sur une nouvelle source de revenu..

      Grâce à ce hackathon, les étudiants ont également déjà pu avoir des retours sur leur projet. Effectivement, dès la fin de leur pitch, ils ont été approchés par un investisseur américain dans la blockchain qui avait l’air intéressé. « Il nous a donné sa carte en nous disant qu’il gérait des fonds d’investissement dans la blockchain et qu’il voulait nous aider à développer notre idée » s’enthousiasme Pierre-François.

       

       

      Pour les cinq étudiants, c’était une première. Le projet a tellement bien plu, qu’ils ont décidé d’en faire un Epitech Innovative Project l’année prochaine car ils ont envie de travailler encore plus sur son exploitation.

      « D’ici octobre, on veut qu’un prototype soit prêt, puis on va commencer à mettre en place des partenariats, et se renseigner sur la législation en vigueur » précise Julien.

      En gagnant ce challenge, les étudiants ont également gagné des places pour faire une formation d’un an à Alyra, l’école parisienne de la blockchain. Mais ils les ont revendues pour investir dans leur projet l’année prochaine. Et puis, de toutes façons, confirment-ils, « Epitech, c’est mieux » !

      Alors bonne chance à eux, et on espère qu’on retrouvera ce projet aux Trophées EIP dans quelques années !