Growth Hacker

La transformation digitale a créé de nouvelles techniques de développement des entreprises par le webmarketing. Les startups, notamment, s’appuient sur une nouvelle vision de la croissance arrivée des Etats-Unis : le growth hacking. Ce concept englobe un ensemble de pratiques d’utilisation des ressources digitales par lesquelles une entreprise peut augmenter considérablement son chiffre d’affaires dans un délai très court. Le growth hacker en est le spécialiste.

Le métier de Growth Hacker

Le rôle du Growth Hacker est de développer la croissance d’une entreprise à court terme avec un investissement financier réduit. Il résout cette équation par une exploitation judicieuse des ressources et des techniques digitales. Le Growth Hacker recherche le développement de l’entreprise par une augmentation du nombre d’utilisateurs d’un produit et/ou d’un service, ou par une augmentation du chiffre d’affaires. Ses démarches sont complémentaires aux actions marketing et communication traditionnelles. Le Growth Hacker peut être recruté à des fins spécifiques, comme faire décoller une startup ou un nouveau service, ou conquérir un nouveau marché.

L’acronyme AARRR résume les objectifs du Growth Hacker :

  • Acquisition : générer des opportunités de croissance en attirant des prospects et clients vers les produits et/ou services d’une entreprise ;
  • Activation : transformer ces nouvelles prises de contact en utilisateurs ;
  • Rétention : fidéliser les utilisateurs ;
  • Referral : favoriser le bouche-à-oreilles entre les utilisateurs ;
  • Revenu : développer les gains financiers de l’entreprise, c’est-à-dire son chiffre d’affaires.
  • Après le lancement du projet : le Business & Technology Manager s’assure du bon déroulement des opérations, intervient lorsque la situation le demande (par exemple, lorsque le projet prend du retard ou que des imprévus bloquent sa progression). Le Business & Technology Manager fait le nécessaire pour fournir, à l’issue du projet, un livrable de qualité dont la production a respecté le budget et les délais déterminés initialement.
La notion de “hacker” (pirate) renvoie ici à l’efficacité des techniques de ce spécialiste du webmarketing. Le Growth Hacker récupère un grand nombre de données prospects et clients sur les réseaux sociaux, comme par exemple leur e-mail, grâce à des programmes informatiques. Il exploite ensuite ces données pour promouvoir des marques, produits et services, en utilisant de multiples leviers de communication digitale : e-mailing, sms, publicité ciblée sur les réseaux sociaux, etc.
Le Growth Hacker, tout comme le DevOps, se caractérise par une nouvelle vision d’une activité de l’entreprise : la croissance est abordée de manière pragmatique pour maximiser le ratio chiffres d’affaires / investissement financier. Les actions du Growth Hacker reposent sur des techniques relativement peu coûteuses dans les domaines du webmarketing tels que :
  • le référencement SEO : le Growth Hacker améliore le référencement naturel de l’entreprise sur les moteurs de recherche afin qu’elle soit positionnée dans les premiers résultats (notamment pour les requêtes sur Google). L’amélioration du référencement SEO d’une entreprise se fait par une stratégie de contenus.

  • les réseaux sociaux : le Growth Hacker développe l’image et la notoriété de l’entreprise par des publications sur ses réseaux sociaux, dans le but de créer une véritable communauté.

  • les campagnes publicitaires en ligne : le Growth Hacker transmet de manière extrêmement ciblée des contenus publicitaires aux potentiels prospects et clients, sur tous les canaux digitaux envisageables (réseaux sociaux, sites internet, applications mobiles, etc.) ;

  • l’analyse du trafic : le Growth Hacker étudie le parcours des internautes sur les ressources digitales de l’entreprise grâce à des tracking de liens. Il arrive ainsi à comprendre comment ils accèdent aux ressources, comment ils y naviguent, et peut alors adapter ses actions aux habitudes des prospects et clients de l’entreprise.

  • l’emailing et le SMSing : le Growth Hacker met en place des campagnes de communication reposant parfois sur la transmission d’informations par mail ou par sms. Toutefois, cette pratique est souvent perçue comme intrusive. Elle est aussi très réglementée depuis la mise en application du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données).
Le métier de Growth Hacker s’est d’abord développé au travers de missions ponctuelles de très courte durée. Il se distingue d’ailleurs en cela du “marketer” traditionnel : le budget du Growth Hacker est souvent très limité et son temps d’action réduit, alors qu’un Responsable Marketing ou Communication dispose en général d’une enveloppe budgétaire allouée sur une année complète. Cela dit, de plus en plus d’entreprises recrutent aujourd’hui des Growth Hackers en CDI. Il travaille seul ou en équipe, dans quel cas il dirige des professionnels intervenant dans le cadre de plusieurs activités : la rédaction de contenus, l’analyse de la donnée, la création graphique et vidéo, le développement, etc.

Les compétences nécessaires pour devenir Growth Hacker

Le métier de Growth Hacker se situe à la croisée du développement web et du marketing. Il détient de solides connaissances en programmation informatique (pour créer ses “hacks”), il connaît les outils et les techniques en lien avec les réseaux sociaux ainsi que le référencement naturel (SEO) et payant (SEA). Le Growth Hacker ne cesse de se former sur les innovations digitales et les tendances du web pour maintenir son haut niveau de compétences. Lorsqu’il travaille seul, il a également besoin de compétences en rédaction de contenus et en création graphique, afin de créer les ressources digitales utilisées dans le cadre de ses opérations (articles de blog, publicités vidéos, livres blancs, etc.).
En plus de cette polyvalence, le Growth Hacker dispose souvent d’un esprit entrepreneurial. Il a le goût du challenge et sait se donner les moyens de générer un maximum de résultats en un minimum de temps. Son esprit critique et son sens de l’analyse sont de lui un excellent stratège.
Enfin, lorsqu’il gère une équipe, le Growth Hacker a besoin de compétences managériales et de qualités relationnelles telles que l’écoute et une bonne communication.

Les perspectives d’évolution du Growth Hacker

Les perspectives d’évolution du Growth Hacker sont parfois très rapides, surtout dans les startups. Lorsque ce spécialiste du marketing digital réussit à considérablement faire croître l’entreprise, il peut se hisser à des postes de direction où son expertise du webmarketing et son esprit stratège sont les plus utiles.
D’autres évolutions professionnelles sont envisageables pour le Growth Hacker : il peut accéder à des postes de responsable sur des activités spécialisées telles que l’acquisition ou l’expérience client.

Le salaire d’un Growth Hacker

La rémunération d’un Growth Hacker varie principalement selon ses compétences, son expérience professionnelle et la taille de la société qui l’emploie. Son salaire démarre aux alentours des 35 000 € brut par an en sortie d’études, et les Growth Hackers experts peuvent atteindre jusqu’à 65 000 €.

Les secteurs et les entreprises qui recrutent des Growth Hackers

Les startups constituent les principaux recruteurs des Growth Hackers parce qu’elles ont souvent besoin d’accélérer leur croissance rapidement et avec des budgets très limités. Toutefois, le métier de Growth Hacker gagne également les plus grandes entreprises. Ils sont alors recrutés pour compléter les actions marketing traditionnelles, et parfois pour mener des missions spécifiques : par exemple, la pénétration d’un marché à court terme.

Vous souhaitez rejoindre Epitech Digital ?

Le Programme Global Digital vous intéresse ?
Vous souhaitez intégrer dès la rentrée prochaine notre établissement ?