Le réseau national :

  • Accueil
  • > Découvrez l'école
  • > Une pédagogie innovante
  • > L'enseignement durable

Une pédagogie innovante

Pourquoi le modèle Epitech est-il autant en phase avec les entreprises ?

Graciela Padoani David, Docteur Européenne en Sciences de l'éducation

Graciela Padoani David est dans le monde de l'éducation depuis vingt ans. Après une formation initiale en Philologie (Buenos Aires et Barcelone), elle a obtenu un Master recherche en sciences de l'éducation sur la pédagogie par projet (Université de Lille 3). Cette année elle finit une thèse sur le même sujet.

Par Graciela Padoani David - Docteur Européenne en Sciences de l'éducation

L'employabilité et les compétences avant tout font désormais parti du vocabulaire de l'éducation supérieure 1. Le Rapport Hetzel "De l'Université à l'emploi" et la mission d'insertion professionnelle attribuée à l'Enseignement Supérieur par la "Loi Pécresse" en sont les derniers exemples 2.

L'éducation supérieure s'est également efforcée d'inclure ces deux aspects dans la lisibilité des diplômes et les parcours de formation 3. Le modèle pédagogique d'Epitech en a toujours tenu compte. Il lui a permis à la fois de mettre en pratique une autre vision de l'Education Supérieure tout en restant parfaitement en phase avec le monde du travail. Ce modèle novateur est né des deux constats 4 :

  1. La certitude d'une nécessité d'adaptation en profondeur du modèle de formation traditionnel actuel en éducation supérieure pour l'ensemble des pays concernés par le Processus de Bologne (objectifs éducatifs) et la Stratégie de Lisbonne (objectifs économiques) 5.
  2. La certitude que l'objectif d'acquisition des connaissances disciplinaires par les étudiants ne suffit plus. Mieux préparer les étudiants consiste désormais à faire acquérir des compétences et à développer leur capacité d'autonomie dans les processus d'apprentissages. La professionnalisation des études et la déclinaison des formations en compétences sont considérées comme le fondement de la rénovation et de l'efficacité des études 6. Bref, leur procurer un enseignement ‘durable' dans un monde en constante mutation.

Autrement dit, ces deux constats devront de plus en plus être pris en compte pour l'organisation de la transmission des connaissances dans une économie et une société que l'Europe veut "de la connaissance". En effet, les Ministres de l'Education des pays européens ont souhaité "faire de l'Union Européenne l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde en 2010 7. Et pour y aboutir l'Union Européenne a besoin d'un système éducatif propre à fournir des compétences pour y parvenir. Le système éducatif supérieur se trouve donc au cœur de cette nouvelle économie de l'innovation et de la déclinaison des diplômes LMD en compétence 8. Ces deux constats précédemment cités ont également conduit Epitech à choisir une démarche pédagogique innovante centrée sur l'étudiant et ses résultats (et non sur l'enseignant et les contenus de cours) avec l'objectif premier de mieux préparer leur insertion dans l'emploi 9.

Epitech : l’approche projet

Dès sa création, Epitech s'est interrogée sur les problèmes d'ajustement des connaissances à transmettre aux contraintes de cette économie fondée sur la connaissance. Autrement dit, la préoccupation première d'Epitech est une focalisation à la fois :

  • sur "l'apprendre" (c'est à dire sur la mise en activité intellectuelle des élèves, ce qui n'est pas la même chose que la focalisation sur les programmes ou le bachotage), et
  • sur les prestations qu'on offre aux élèves (comme par exemple l'excellence ou l'innovation didactique) 10.

À la différence de l'enseignement traditionnel qui semble être plutôt continu et progressif, Epitech s'appuie sur un enseignement concentrique, à l'aide d'une approche "projet", qui approfondit et étend le programme tout en encourageant les sorties temporaires en cours de route en entreprise (dès la 3e année, par exemple, les étudiants peuvent travailler en entreprise à raison de 2 jours par semaine).

Une nouvelle vision de l’enseignement

La concrétisation de cette nouvelle vision de l'enseignement en compétences et professionnalisation - qui est d'ailleurs analysée comme une nécessité par l'Europe pour valoriser les enseignements supérieurs à 5 ans tant auprès des étudiants que des employeurs - est déclinée en trois axes :

  1. une pédagogie par projet,
  2. un cursus avec une approche professionnalisante (ou par compétences)
  3. des connaissances disciplinaires de haut niveau (un expert Epitech en technologies de l'information sans de solides connaissances ne peut être compétent).

Ces trois axes choisis par Epitech concourent de façon cohérente à un objectif de préparation à la vie professionnelle qui tient compte d'un double besoin :

  • besoins des secteurs professionnels employeurs (logique d'adéquation formation-emploi)
  • besoins des étudiants (logique de développement d'une large palette des connaissances et des compétences pour qu'ils puissent faire face à l'évolution du secteur d'activité des TIC, et pour qu'ils puissent, également, réussir de futures transitions professionnelles.)

Une approche particulière

Cette approche si particulière de concevoir notre cursus et notre parcours de formation nous permet :

  • L'utilisation de démarches sur projet qui ont pour enjeu la production des capacités à tenir compte de la spécificité d'une situation, à résoudre des problèmes nouveaux et à imaginer des solutions inédites. Bref, qui ont pour enjeu la production de compétences complexes.
  • L'utilisation des situations de travail à des fins de formation, en partenariat Ecole – Entreprise, qui ont comme caractéristique de vouloir obtenir dans les mêmes temps et dans les mêmes lieux de travail, à la fois des transformations de la production et des transformations des acteurs.

En d'autres mots, une formation qui permet une insertion réussie dans la vie professionnelle (100 % des élèves en entreprise à la fin des études) grâce à une vision "systémique" qui permet à nos étudiants de porter un regard transversal sur l'entreprise (à rebours de la pensée par domaine clos) et qui encourage la réflexion critique, l'innovation et le progrès.

  1. Appelés généralement "Competent employability skills" (HIND & MOSS, 2005).
  2. Commission du débat national Université-Emploi, Président Patrick Hetzel. Rapport final : "De l'Université à l'emploi", 24 octobre 2006. Loi no 2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités (dite loi LRU ou loi Pécresse)
  3. LUSSAUT M., "L'identification des compétences, un outil stratégique indispensable à la construction des parcours de formation" in "La déclinaison des diplômes LMD en compétences", AMUE, 2004.
  4. DIZAMBOURG B., 2007, p19.
  5. Stratégie de Lisbonne : stratégie définie par l'UE avec des objectifs essentiellement économiques (comme par ex. l'employabilité). Il est demandé aux Institutions de Recherche et d'Enseignement Supérieur -éléments de base de la société de la connaissance- d'aider à développer la compétitivité de l'économie européenne. Processus de Bologne : il a pour objectif la création d'un espace européen d'Enseignement Supérieur dont les motivations prennent en compte l'ensemble des problèmes de la société (comme par ex. l'accès au plus grand nombre à l'enseignement supérieur). (Froment E., 2007, p.102).
  6. Vasconcellos M. 2006, p77.
  7. Au printemps 2000, dans la capitale portugaise, les Quinze de l'Union Européenne se sont fixés, lors du Conseil Européen, un objectif très ambitieux : faire de l'Union Européenne l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde en 2010.
  8. LUSSAUT M. "L'identification des compétences, un outil stratégique indispensable à la construction des parcours de formation" in "La déclinaison des diplômes LMD en compétences" AMUE, 2004.
  9. POL P., 2007, citée par DIZAMBOURG B., 2007, p.19.
  10. POL P. 2007, p87-97.

Bibliographie

  • BARBIER J-M., "Tendances d'évolution de la formation et place du partenariat" in Apprentissages et évaluations, Education permanente, N° 143, 2000-2
  • DIZAMBOURG B., "L'enseignement supérieur, une compétition mondiale ?" in L'Enseignement Supérieur, une compétition mondiale ?, Revue Internationale d'Education, Sèvres, N°45, septembre 2007.
  • FROMENT E., "Le Processus de Bologne : quels enjeux européens ?" in L'Enseignement Supérieur, une compétition mondiale ?, Revue Internationale d'Education, Sèvres, N°45, septembre 2007.
  • HIND D. & MOSS S., "Employability skills", Business Education Publishers Limited, Sunderland, 2005.
  • LUSSAUT Michel, "L'identification des compétences, un outil stratégique indispensable à la construction des parcours de formation" in La déclinaison des diplômes LMD en compétences. CR de l'Agence de Mutualisation des Universités et des établissements. AMUE, Séminaire du mardi 6 juillet 2004.
  • VASCONCELLOS M., "L'Enseignement Supérieur en France", La Découverte, 2006.

Télécharger l’étude complète.