Le réseau national :

Après le C, le C++

Piscine-C++-Epitech-promo2019-1.jpg

Comme tous les ans, les étudiants en deuxième année de l'école font leur rentrée début janvier. Finies les fêtes, terminé le stage de 6 mois de fin de première année, retour en salle machine pour la deuxième piscine historique de l'école. Cette Piscine C++ a commencé hier mercredi 6 janvier, elle va s'achever dans 2 semaines et demi.

Pair à pair

Cette piscine C++ est, conformément à la pédagogie Epitech, encadrée par les assistants pédagogiques. À Epitech Paris, ce sont ceux qu'on appelle les koalas, étudiants des promos plus anciennes et très compétents en C++ qui s'en chargent, si ce ne sont pas des Anciens qui reviennent "pour le plaisir".

Koalab

En parlant des Anciens Epitech, le responsable du "koalab", là où remonte de toutes les régions les évaluations projet par projet des étudiants sur cette piscine, est justement un promo 2014. Il s'agit de Jason Brillante qui nous précise bien des choses sur cette Piscine 2016 et tout l'intérêt du C++.

Piscine-C++-Epitech-promo2019-Jason-Brillante.jpg

Changements

Pour améliorer année après année le service rendu à nos étudiants, des changements ont été effectués : « cette année, poursuit Jason, on autorise la dernière version (2011) du C++ et ce, pour le restant de l'année. Ensuite, au niveau du koalab, on a revisité le contenu, on va placer des "moulinettes" de correction pour la plupart des projets étudiants de façon à être encore plus précis sur les corrections au niveau national ».

Rigueur et review

« Nous allons faire beaucoup de corrections offline, c'est-à-dire qu'on va évaluer une partie des projets hors soutenances des élèves, afin d'assurer des points de barême qui ne peuvent pas être évalués autrement que par une "review" plus profonde. Et bien sûr, les modules du koalab sont alignés sur la nouvelle temporalité pédagogique de l'école sur les projets, avec le séquencier kick-off / bootstrap / follow-up / delivery et pitch, pour plus d'encadrement ».

Piscine-C++-Epitech-promo2019-diaporama.jpg

(photos des écoles de Rennes, Lyon, Paris et Lille)

Mais... c'est quoi le C++ en fait ?

« Le C++ est un langage dérivé du C, qui l'enrichit de très nombreux concepts, le principal étant la programmation orientée objet (...) Cela change toute la façon que l'on a de concevoir nos programmes : à la place de les voir comme des fonctions qui appellent des fonctions qui elles-mêmes en appellent d'autres, on va les concevoir comme des groupes d'éléments qui interagissent. Par exemple, à la place d'avoir une fonction « ouvre une porte et ferme une porte » et de passer « porte » comme paramètre, on va avoir un « objet porte » qui peut s'ouvrir et se fermer ».

Le grand intérêt du C++

« Le C++ est un langage qui fournit beaucoup d'outils, qui s'approche par là énormément des langages dits de haut niveau tout en gardant des performances qui sont extraordinairement élevées si on les compare à ces derniers, presque aussi élevées que les performances propres au C ».

Le C++ dans la vraie vie

« De ce fait, c'est un juste milieu très intéressant pour le jeu vidéo par exemple, parce qu'on a de la performance sans pour autant perdre en outils. Si on restait sur du C, on aurait de la performance mais peu d'outils disponibles... D'où la présence du C++ dans ce domaine du jeu vidéo mais pas seulement, je pense au secteur de la finance aussi qui l'a adopté depuis longtemps pour les mêmes raisons : performance et outils ».

Un nouveau directeur pédagogique régional à Paris

Et cette piscine C++ 2016 est aussi l'occasion pour Jonas Biberian, Epitech promo 2005, arrivé lundi dernier comme nouveau Directeur Pédagogique Régional (DPR) à Paris de revenir dans le grand bain de l'école. « Le poste de DPR, nous confirme-t-il, consiste à organiser les équipes pédagogiques pour toujours mieux encadrer les étudiants, de son entrée à l'école jusqu'à ce qu'il en sorte, 5 ans plus tard. Notre mission est d'assurer leur réussite ».

Piscine-C++-Epitech-promo2019-Jonas-Biberian.jpg

Learn how to learn

« Notre but à tous ici, poursuit Jonas, c'est que nos étudiants aient appris à apprendre, qu'il n'aient peur de rien et surtout pas des nouveaux langages et technologies qui ne manqueront pas d'émerger pendant leur carrière. C'est tout l'intérêt de commencer par le C en première année, puis le C++ en deuxième. Nous sommes là pour aider les étudiants à se construire pour plus tard, s'épanouir dans leur vie professionnelle ».

  • Catégorie Evénements
  • Posté le 07/01/2016
  • Lien