Le réseau national :

Jevote.info, pour exercer son droit de vote

Jevote_info-Epitech-Sciences-Po-Elections-presidentielles-2017-1.2.jpg

Les instituts de sondages, politologues, journalistes politiques, tous les spécialistes annonçaient un niveau d'indécision historiquement élevé avant le premier tour des élections présidentielles, dimanche dernier. Jevote.info l'a vérifié, son très fort succès en est la preuve. Jevote.info, fondé par 3 étudiants d'Epitech et 3 de Sciences Po, a ainsi aidé des centaines de milliers d'électeurs à « trouver le candidat qui correspondait le plus à leurs convictions » comme le dit Baptiste Acca, en cinquième année à l'école (promo 2017). On revient sur cette belle histoire citoyenne avec lui.

« Se renseigner, c'est être sûr de faire le bon choix »

Résumé par Baptiste, « Jevote.info est une initiative citoyenne lancée fin février pour aider les gens qui étaient indécis, à trouver le candidat correspondant le plus à leurs convictions. Pour cela, on a mis en place un questionnaire avec des réponses à des sujets variés et grâce à ce questionnaire, on peut calculer un score de correspondance avec chacun des candidats ».

Un travail d'équipe

Jevote.info n'est pas le fruit du seul travail de Baptiste, Simon Galet et Alan Chauchet (promo 2017 tous les deux idem) y ont participé aussi. À leurs côtés sur le projet, le frère de Baptiste, Guillaume Acca, jeune Ancien de Sciences Po a mobilisé sur le projet 2 de ses camarades en dernière année de l'institution de la rue Saint-Guillaume à Paris : Quentin Navaro et Florian Jeudi.

Des stat' impressionnantes

« Les premiers jours, on a juste partagé le lien à nos proches, pour qu'ils testent l'interface et nous fassent les premiers retours, qu'on améliore ce qui n'allait pas. La première journée, on a dû avoir dans les 200 réponses mais après, c'est allé très vite : le lendemain, on avait déjà 8 000 personnes et ensuite 30 000. Du coup, au bout de 2 semaines on s'est retrouvé avec 210 000 utilisateurs... À ce jour (mardi 25 avril), on en a eu 700 000 ». Rien que ça.

http://www.bla-bla-blog.com/media/01/02/3226190738.gif

Sur la dernière ligne droite

« Sur la dernière semaine - du dimanche 16 à ce dimanche 23, premier tour de ces élections présidentielles -, on a commencé le lundi à 20 000 utilisateurs, le mardi 25 000, le mercredi 30 00 pour finir dimanche à 46 500 questionnaires remplis par les internautes... Notre plus gros pic d'utilisateurs, on l'a eu à 10h ce dimanche 23 : 5 000 en une heure, de 10h à 11h... ». Quand on dit qu'il y avait beaucoup d'indécis cette année...

D'où vient l'idée ?

« On entendait beaucoup parler cet hiver, continue Baptiste, du fait que les Français ne s'intéressaient plus à la politique, qu'ils étaient déçus, qu'aucun homme politique ne leur correspondait. On s'est donc demandé comment on pouvait améliorer cette situation. Et puis, il y avait aussi eu l'élection de Donald Trump au bout de cette campagne américaine pleine d'attaques personnelles et peu, très peu de discussions sur le fond des programmes. On s'est dit que c'était vraiment dommage de toujours parler seulement des personnalités sans passer du temps sur les programmes. Bon après, avec ce qu'il s'est passé pendant la campagne chez nous, c'était dur de ramener le débat sur les idées... ».

La façon de poser des questions

« Ce sont les membres Sciences Po de l'équipe dont mon frère qui se sont occupés de la rédaction des questions : on a essayé de faire les questionnaires les plus impartiaux possibles. On a aussi essayé de prendre des questions qui soient cohérentes avec tous les programmes de manière à ce qu'elles soient assez générales et pas trop précises par rapport aux programmes, pour que la personne qui y réponde ne sache pas par avance de quel candidat il s'agissait, en reconnaissant trop bien les biais posés. D'où des questions générales sur lesquelles n'importe qui a une réponse. Après certaines questions ont pu être, inconsciemment, orientées comme le dit la journaliste d'Usine Nouvelle mais ce n'était vraiment pas voulu, bien au contraire ».

La chronologie Macron

En se rappelant qu'Emmanuel Macron a dévoilé son programme début mars seulement, on demande à Baptiste comment cette fine équipe a fait pour rédiger des questions pertinentes avant ce lancement : « avant de dévoiler son programme, il avait déjà avancé pas mal de choses dans ses meetings ; sur twitter aussi il y avait beaucoup de tweets récapitulatifs sur certains sujets, on s'est beaucoup servi de ça. Et les médias aussi avaient sorti pas mal d'articles sur lui, on a pioché un peu partout, partout où il y avait de la matière disponible ».

Acquisition de compétences en prime

« Personnellement, j'ai trouvé super intéressant de se lancer dans Jevote.info parce que ça m'a permis de voir comment on gère un site avec beaucoup de trafic, ce n'est tout simplement pas quelque chose qu'on a souvent l'occasion de pratiquer. On a eu un peu de mal au début, on a eu des bugs, le site est "tombé" plusieurs fois sans qu'on ne sache trop pourquoi, finalement on a réussi à résoudre ça une semaine avant les élections, ce qui est plutôt bien tombé. C'est quelque chose qu'il faut vivre dans la pratique pour savoir comment faire, quand le site tombe... ».

La question des données personnelles

« Les résultats, les réponses aux questionnaires, sont sauvegardés mais totalement anonymisés : on ne peut pas savoir qui a rempli tel questionnaire, on ne peut pas le retrouver. On n'utilise pas les données, le but n'était vraiment pas de monétiser l'audience, on a fait ça vraiment pour aider les gens, les indécis. On va peut-être publier une tribune pour essayer d'expliquer les enseignements que nous, on tire de cette expérience : notamment comparer les résultats que l'on a eu sur le site et les résultats de ce premier tour des élections ».

Comparaison n'est pas raison

Et justement, une des questions qui brûle les lèvres est de savoir quels sont leurs résultats - des centaines de milliers d'internautes constituant un panel « un peu » plus large que quelques centaines de personnes dans le cas d'un sondage - , pour les comparer avec les résultats de ce premier tour. Baptiste reconnait que « nos résultats reflètent en partie les résultats de dimanche soir mais pas totalement. Sur le site, Emmanuel Macron était en tête et Marine Le Pen dans les derniers. Cela s'explique, on ne touche pas l'électorat de Marine Le Pen avec ce genre d'outil, en tout cas pas assez, d'où sa place sur Jevote.info ». Dans les années 2000, on parlait beaucoup de « fracture numérique »...

L'avenir de Jevote.info

« Au départ, Jevote.info était un "one shot" pour les présidentielles... Est-ce qu'il faut le faire pour les législatives ? On se pose la question, étant entendu qu'on ne peut pas le faire pour chaque circonscription, l'idée serait de le faire au niveau national, pour savoir à quel parti on peut se rattacher en tant que citoyen ».

Education civique

« On est super contents du succès qu'on a eu, je pense qu'il y a des gens qui ont pu voir que finalement, ça valait le coup de voter parce qu'un candidat défendait leurs idées. Donc si on a pu ré-intéresser des gens au débat d'idées, c'est déjà une victoire pour nous ». Comme nous sommes dans l'entre-deux tours, n'oublions pas enfin de répéter une vérité en paraphrasant la devise d'un journal au cœur de cette campagne 2017 : la liberté ne s'use que quand l'on ne s'en sert pas. L'important c'est de voter, notamment ce dimanche 7 mai.

© : les gifs ci-dessus sont issus de la base de gifs créée à l'occasion des présidentielles par GIPHY, franceinfo et l'INA.

  • Catégorie L'innovation
  • Posté le 28/04/2017
  • Lien