Le réseau national :

Nudge, hackathon et design à l'ENA

Hackathon-ENA-Epitech-SGMAP-ENSCi-La-Brasserie-lycee-Le-Corbusier-design-innovation-conception-politiques-publiques-1.2.jpg

On ne le dit sûrement pas assez mais l'État se modernise, la numérisation de ses services a changé d'échelle. Il suffit pourtant de suivre de plus près le travail de la Direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication de l'État (DINSIC), dont fait ainsi partie Etalab et son travail sur l'open data. Son directeur, Henri Verdier, est d'ailleurs venu tenir le 3 avril une conférence sur le sujet à l'École nationale d'administration (ENA), à laquelle les étudiants d'Epitech Strasbourg étaient conviés. Les relations entre les 2 écoles sont en effet devenues étroites, la preuve avec l'organisation de ce hackathon centré sur la conception innovante des politiques publiques, à Strasbourg bien sûr.

Remember Moonshot

Comme l'État, l'école formant ses plus hauts serviteurs est l'objet de bien des critiques et pourtant, l'ENA change elle aussi. C'était tout l'objet de la conférence de Nathalie Loiseau, directrice de l'ENA, lors de la Piscine Moonshot organisée en octobre dernier avec Usbek & Rica ce 25 octobre dernier dans les murs d'Epitech, en compagnie de Vincent Edin, professeur à Sciences Po et directeur du master de communication politique et publique à l'European Communication School.

Hackathon-ENA-Epitech-SGMAP-ENSCi-La-Brasserie-lycee-Le-Corbusier-design-innovation-conception-politiques-publiques-Piscine-Moonshot.jpg

Le monde a changé

Mme Loiseau le reconnaissait aisément lors de cette conférence Moonshot : « on se demande aujourd'hui ce que les citoyens veulent, comment on prend une décision publique, comment on la conçoit, comment on la met en œuvre, commet on l'évalue, c'est à ce moment-là que l'on constate qu'à peu près tout ce que l'on faisait avant ne marche plus. Parce que les citoyens n'ont plus les mêmes attentes, parce qu'il y a d'autres possibilités notamment technologiques pour travailler différemment ».

Conception innovante des politiques publiques

Ces problématiques, innovation et conception des politiques publiques, se retrouvent donc naturellement au cœur de ce hackathon. Il débute ce mercredi matin et s'achève vendredi après-midi. Il rassemble outre l'ENA et Epitech, le Secrétariat Général pour la Modernisation de l'Action Publique (SGMAP), l'ENSCI et La Brasserie (des idées) sans oublier les élèves en design du Lycée le Corbusier (Illkirch-Graffenstaden).

Hackathon-ENA-Epitech-SGMAP-ENSCi-La-Brasserie-lycee-Le-Corbusier-design-innovation-conception-politiques-publiques-Piscine-affiche.jpg

(Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est le nudge, cliquez ici)

Le réseau Epitech s'est mobilisé

Trente étudiants Epitech ont répondu à l'appel à participants. Ils viennent aussi bien et évidemment d'Epitech Strabourg que de nos écoles de Lyon, Marseille, Nice et Rennes. L'école a également intégré au programme, pour une encore plus grande efficacité de ce challenge, 5 coachs.

L'esprit start-up

Pour revenir sur le contexte global de ces 48h collaboratives et inter-écoles de prototypage et leur forte pertinence aujourd'hui, citons de nouveau ce que nous disait Mme Loiseau ce 25 octobre dernier : « on commence à faire des start-up d'État, personne ne le sait mais on le fait. Cela consiste à prendre des petits morceaux d'Etat à qui l'on donne le droit à l'expérimentation, le droit à l'erreur. Avec un discours qui donne le droit de tenter quelque chose quelque part. Si cela ne marche pas, ce n'est pas grave ; si cela marche, on va essayer de le rendre contagieux ».

Pas le droit à l'erreur

« La grande différence entre une start-up (privée) et l'Etat, c'est qu'une start-up qui se plante, c'est très dommage pour ses créateurs mais cela ne va pas mettre le pays "cul par-dessus tête". Une appli qui n'est pas populaire, on l'arrête ; un service public qui dysfonctionne n'est pas acceptable. On doit réformer l'Etat mais on ne peut faire n'importe quoi. Le contrat social exige par exemple qu'un hôpital fonctionne, ou qu'une gestion de crise soit optimale... Les responsabilités ne sont pas absolument les mêmes qu'en entreprise ».

Bonnes pratiques

Les exemples sont aujourd'hui très nombreux mais on peut au-moins citer ces services web montrant que la bonne compréhension des nouveaux usages n'est pas un monopole privé :

On fait le pari que d'aussi bonnes idées sortiront de ce hackathon, nous en reparlons très vite.

  • Catégorie Evénements
  • Posté le 13/06/2017
  • Lien