Le réseau national :

From Toulouse to New York

French-Touch-Conference-NYC-French-Tech-Philippe-Coste-Epitech-Toulouse-1.jpg

Philippe Coste, head of schools network office et directeur du développement régional d'Epitech à Toulouse est allé à New-York à l'occasion de la French Touch Conference. Organisées ces 24 et 25 juin derniers au centre de conférence d'AXA Etats-Unis, ces 2 jours de conférences ont permis de multiplier les rencontres entre l'écosystème new-yorkais, les membres français de cet écosystème et la délégation French Tech. Et d'y vérifier la place essentielle d'Epitech.

Première fois

« C'était la première fois que j'allais, avec ma double casquette Epitech et French Tech, à la French Touch Conference qui en est à sa deuxième édition. La French Touch Conference est un événement majeur de la représentation française à l'étranger, en particulier à NYC. Elle est organisée notamment par Gaël Duval (fondateur et CEO de jechange.fr et par ailleurs intervenant de la troisième table ronde de Hack4Europe) et Cédric Giorgi, head of start-up relations chez Sigfox. »

French Tech Touch

« La French Touch Conference s'inscrit dans la dynamique de la promotion de la tech' française. Aussi bien publiques que privées, toutes les organisations naturellement impliquées dans cette dynamique d'organisation de l'entrepreneuriat innovant étaient présentes, ce qui donne beaucoup de force à l'événement. Le fait qu'Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique et Axelle Lemaire, secrétaire d'État chargée du Numérique, étaient avec nous en atteste. »

Les Français partout

« Il y a près de 150 start-up d'origine française installées à New-York, dont des réussites remarquables. On peut citer Sunrise, Placemeter entre autres beaucoup d'exemples. Dans cet écosystème, on retrouve aussi des VC français qui se sont installés à New York et y ont réussi leur implantation. La French Touch Conference vise aussi à faire encore mieux connaître aux VC américains la pertinence de l'innovation à la française. »

French Tech Hub

« Autrement dit, il s'agit de créer une sorte de "pont" entre écosystèmes français et new-yorkais, un pont qui ne limitera pas à 2, 3 jours de rencontres une fois dans l'année. La naissance du French Tech Hub, porté par la French Tech NYC sera à n'en pas douter ce vecteur de percolation très efficace. »

Epitech dans la place

« Le premier des constats, quel que soient les interlocuteurs que j'ai rencontrés là-bas et ils sont nombreux : Epitech est reconnue comme un acteur remarquable et majeur de l'innovation, pour produire non seulement de très bons développeurs mais aussi de très bons innovateurs au sens large. »

Carrément dans la place

« J'ai eu l'opportunité de discuter avec Henri Seydoux, le CEO de Parrot, Olivier Mathiot co-fondateur de PriceMinister, pour ne citer que les plus capés : tous connaissent parfaitement Epitech. Ils en connaissent la pertinence et apprécient notre travail et démarche. »

Le hasard fait bien les choses

« Évidemment cette année tombait magnifiquement bien avec la belle histoire Keymetrics en train de s'écrire, notamment depuis qu'Alexandre Strzelewicz (Epitech promo 2014) et Jérémy Boissinot sont passés chez Techstars à New-York. Pour information, en 2013 Techstars a reçu 1700 dossiers et en avait sélectionné seulement 12, c'est dire la sélectivité à l'entrée. J'ai eu l'opportunité de rencontrer un autre Français qui est incubé chez Techstars aussi, fondateur de UniqueSound, start-up qui vient de remporter le MIDEM 2015 Startup Competition. »

Peut-être un jour la fin du « French bashing »

« La tech' française a une vraie visibilité internationale. Par exemple Sunrise est une réussite majeure : cette structure de 3 ans d'âge a été créée par un Français et un Belge, ils se sont rencontrés en travaillant tous les deux chez Foursquare et au bout de ces trois ans, ils ont revendu leur start-up à Microsoft pour 100 millions de dollars... Cette entreprise a une vraie notoriété à New-York, clairement. »

L'esprit NYC

« Pour finir, je trouve qu'à NYC, il y a une humeur plus "ouverte" que dans la Silicon Valley. On n'y parle pas que de technologie : entre tous les acteurs, il y a un grand plaisir d'être dans un milieu où l'on parle de culture, de design... Côte ouest, on est beaucoup plus "monomaniaque". C'est le témoignage que j'ai eu d'autant d'acteurs de la French Tech que d'entrepreneurs. Cet écosystème new-yorkais, pour nous Européens, a une autre saveur, pas moins intéressante... »

  • Catégorie Evénements
  • Posté le 15/07/2015
  • Lien