Le réseau national :

Choisir son école, réussir sa carrière

Fit-to-market-employabilite-etudiants-Emmanuel-Carli-Epitech-1.jpg

Nous reprenons ici le blogpost de notre directeur général, Emmanuel Carli, initalement mis en ligne sur la plateforme dédiée du Figaro. Il s'apelle « Les Têtes bien Fit - des têtes bien faites pour être fit-to-market », visant à engager la conversation sur les moyens d'assurer une employabilité totale aux étudiants à la sortie de leur cursus arrivant, par définition, sur le marché du travail. Chose que garantit Epitech, à 100 %, pour chacun d'eux.

Le grand flou

« Beaucoup de lycéens sont en pleine réflexion sur leur avenir et le choix des établissements d'enseignement supérieur dans lesquels ils feront acte de candidature. Plusieurs chemins et parcours de réussite s'offrent à eux, parmi une offre pléthorique caractérisée et différenciée au moyen d'appellations souvent obscures. Essayons d'y voir clair.

Questions et éléments de réponse

  • Quelles sont les différences entre une école d'ingénieur et une école d'expertise ?
  • Quelles sont les différences entre les diplômes délivrés ?
  • Quelles sont les différences entre la valeur des diplômes sur le marché du travail ?


Autant de questions auxquelles je vais essayer d'apporter des éléments de réponse pour le secteur qui me concerne depuis 20 ans : l'informatique.

Ingénieur x Expert

Quelles sont les différences entre une école d'ingénieurs et une école d'experts ?
Aussi surprenant que cela puisse paraître, il n'y a pas un type d'ingénieur mais des ingénieurs et plusieurs voies pour y accéder.

  • CTI : « Ingénieur diplômé » (ID)
  • IESF : « Ingénieur Européen » EUR ING
  • SNIPF : « Ingénieur en ... » avec le certificat de compétence d'ingénieur professionnel (CDCIP)
  • Bac+5 scientifique universitaire : « Ingénieur Universitaire Master » (IUM)
  • CNCP niveau I : « Ingénieur Reconnu » (IR) après 5 ans à un poste d'Ingénieur

CNCP

Pour une école d'expertise, la Commission Nationale de Certification Professionnelle (CNCP) décide d'inscrire ou pas les établissement au Répertoire National de Certification Professionnel (RNCP) en indiquant votre niveau (ex : I pour équivalent Bac+5) en fonction de la qualité des formations dispensées.

Ingénieurs ou experts, ces mécanismes sont reconnus par l'État ... Il y en avait déjà peu il y a 14 ans mais en 2016, la différence est de moins en moins nette.

La vraie différence : les contenus du programme

Prenons le diplôme délivré par la CTI, celui d'ingénieur diplômé et le titre délivré par un établissement inscrit au Repertoire National de la Certification Professionnelle (RNCP) au Niveau I (Bac +5)...
Un élément de différenciation majeur existe, c'est le programme. Là où la CTI exige en effet une culture scientifique large, la considérant nécessaire à la préparation des jeunes à une carrière de 40 ans (aujourd'hui 42, 43 ans) et un programme strict et/ou en lien avec la recherche, avec une école CTI nous sommes davantage dans le champs de la connaissance que celui de la compétence (il est en effet impossible, si ce n'est par des artifices de formation, d'avoir plus de 30% de la même matière ... culture large oblige).

Haut niveau de compétences

Concernant la Commission Nationale de la Certification Professionnelle (CNCP), la démonstration de la capacité de l'établissement à faire acquérir à ses étudiants un haut niveau de compétences (techniques - managériales) sera privilégié. Il est dans ce contexte possible de développer un réel niveau d'expertise, les contraintes maximales sur un volume horaire lié à une matière spécifique n'existant pas.

Académique x Maker

Pour résumer, si vous êtes plutôt académique, une école qui délivre un titre d'ingénieur diplômé fera l'affaire. Si vous êtes un "maker" dans l'âme, l'école d'experts a cette possibilité de vous permettre de pousser vos compétences dans un domaine au top ! Pour le reste, pas d'inquiétude : toutes les expériences mènent à l'Ingénieur Européen ou Universitaire ou Reconnu.

Titres x diplômes

Quelles sont les différences entre la valeur des diplômes / titres sur le marché du travail ?
Il faut bien l'avouer, les filières scientifiques ne sont pas celles les plus demandées. Il y a aujourd'hui plus de places dans les écoles d'ingénieurs que d'étudiants qui en font la demande. Quant au marché et aux attentes des entreprises, qui plus est dans le secteur informatique, l'offre (d'emploi) est très supérieure à la demande (étudiants diplômes / titrés). Dans un marché mondialisé, en ultra-compétition, où les ressources de qualité se font rares, plus le temps passe et plus les écarts entre les diplômes / titre se resserrent.

Les raisons du rapprochement

Quelle en est la raison ? La concurrence ! Les entreprises demandent du savoir-faire, du savoir-être, du leadership et à ce "petit jeu", il faut pouvoir se faire remarquer / se différencier en démontrant une implication toujours plus forte dans son cursus : curriculum, vie associative, capacité à grandir et à faire grandir autour de soi, capacité à comprendre son environnement à s'y adapter, capacité à s'engager ... parce que la concurrence, elle, n'attend pas !

Le risque et la vie

Il n'y a aujourd'hui plus aucune certitude à avoir. Même une culture scientifique large ne peut offrir de garantie à un ingénieur dans le plus grand groupe industriel. Les entreprises naissent / vivent / meurent / fusionnent plus vite que jamais et les postes sont crées / supprimés / transférés aussi vite.

La résilience, valeur cardinale

S'il y a bien une qualité qu'il faudra développer plus que jamais à l'avenir, c'est la résilience.
Alors choisir une école, c'est surtout se connaître, connaître ses méthodes de travail, aller là où le cœur palpite, là où l'engagement pourra être total, là où l'écosystème vous permettra de vous démarquer.
Choisir une école c'est choisir un état d'esprit, son état d'esprit, un lieu d'expérimentation et de progrès d'où l'on sort en ayant compris que la résilience demande de ne jamais cesser de grandir !
À vos passions 1 ... 2 ... 3 ... candidatez ! ».


  • Catégorie Nous rencontrer
  • Posté le 21/01/2016
  • Lien