Le réseau national :

Epitech à l'Expo universelle Milan 2015

Pavillon-Français-Expo-Universelle-Milan-2015-Epitech-1.jpg

À l'invitation des organisateurs du Pavillon de la France de l'Exposition Universelle de Milan 2015, plusieurs étudiants de l'école ont développé les applis mobiles, et même plus, qui accompagne la visite du somptueux ouvrage architectural construit au cœur de ce grand rendez-vous international. Après la visite de plusieurs dizaines de milliers de personnes, Michaël Ohayon et ses camarades - Vincent Nëel et Jeromin Lebon de la même promo 2016 ainsi que Grégoire Ballot et Thibault Malbranche (tous deux promo 2018) - nous expliquent comment ils ont leur participé à leur échelle au rayonnement de la France, sa gastronomie et ses terroirs, son modèle agro-alimentaire et ses innovations en la matière.

Nourrir la planète : énergie pour la vie

Terre du « slow food », l'Italie et la ville de Milan ont décidé d'orienter cette Exposition Universelle sur la question à très forts enjeux de l'avenir alimentaire de la planète. C'est le sens de la "baseline" de cette Expo Milano 2015 : « Nourrir la planète : énergie pour la vie ». La France y a répondu sous la houlette de France Agrimer et sous la forme de 4 thématiques : « produire plus et mieux », « promouvoir un modèle alimentaire durable », « transférer l'innovation et les savoir-faire » et « la qualité a autant d'importance que la quantité. »

Valeur ajoutée de l'appli

Michaël nous explicite l'histoire et les détails de l'appli : « on a commencé à brainstormer tout début janvier 2015. La technologie iBeacon y est intégrée : ces capteurs ont été placés par Orange, partenaire du Pavillon. Quand on s'approche de la zone couverte par ces petites bornes, une notification arrive sur notre smartphone. »

The right push in the right place

« Par exemple, on s'approche du jardin, on nous propose par notification plus d'infos sur ce jardin. Au premier lancement, l'appli demande à l'utilisateur s'il autorise la (géo)localisation via Bluetooth - on peut la refuser et l'activer plus tard, dans les paramètres ».

La puce et les abeilles

« Par exemple sur les abeilles, la pollinisation et les puces RFID : on clique dessus, cela nous renvoie sur l'appli, dans la même catégorie, cela évite de refaire tout le catalogue et de revenir sur la page d'accueil de l'appli autrement dit, surtout qu'elle est plutôt riche en contenus... ».

Pavillon-Français-Expo-Universelle-Milan-2015-Epitech-appli-screenshots.jpg

Sur les stores

« Il y avait beaucoup de contenus, tous traduits en plus en italien et anglais et du coup, il fallait vérifier et re-vérifier les contenus, par exemple 2, 3 traductions oubliées car le contenu avait changé. Avec l'équipe communication du projet, cela nous a pris un peu de temps mais vous pouvez trouver, depuis l'ouverture du Pavillon la version Android sur Google Play et depuis juillet l'iOS ».

Pavillon-Français-Expo-Universelle-Milan-2015-Epitech-team.jpg

Anticiper c'est mieux

« Comme on y avait pensé dès le départ en janvier, le lien entre l'appli et les iBeacon a été assez facile à mettre en place. Si on avait dû le faire a posteriori, ç'aurait été une autre histoire... ».

Simple et efficace

Vincent nous explique l'envers du décor, le « back-end » : il s'agissait surtout de récupérer depuis Facebook, Twitter, Instagram et Youtube, ce qu'on dit du Pavillon et que ces données se retrouvent sur l'appli. On y définit aussi les événements, les partenaires, certains changeant au fur et à mesure des semaines (en ce moment, c'est la région Bretagne), de même que des partenaires phares, permanents. On peut aussi y configurer le food truck que Peugeot y a installé, avec une page paramétrable à leur disposition etc. Rien de très compliqué en fait ».

Satisfaction mutuelle

Comme Michaël le relève, « ce n'est pas tous les jours qu'on travaille avec un « gros compte » et sur l'image de la France à l'international. Ce n'est pas commun non plus de travailler avec une institution qui a beaucoup de choses simultanées à gérer (l'expo, les artistes, la scénographie, le site web et plein d'autres choses encore). Du coup répondre à leurs besoins a été un genre de challenge parce que quand on a commencé, on n'avait que des plans, des idées, l'expo n'existait pas : il fallait donc arriver avec une appli qui représente l'expo. D'après ce que j'en ai entendu, ils sont très contents ».

  • Catégorie L'innovation
  • Posté le 11/09/2015
  • Lien