Le réseau national :

L'Epitech Bootstrap Summer 2017, un grand Boot Camp

Epitech-Bootstrap-Summer-2017-1.jpg

La troisième édition de l'Epitech Bootstrap Summer s'est achevée vendredi à Disneyland pour fêter dans la joie, les rires et la bonne humeur cette Summer School du Groupe IONIS. Cette édition a pu compter sur la participation de 32 étudiants venus de partout autour du monde, depuis les universités partenaires d'Epitech. Elle a duré 3 semaines à l'issue desquelles les étudiants présentaient leur projet de groupe, conçu et développé au sein du Hub Innovation de l'école. Ces présentations ont eu lieu jeudi 20 juillet dernier, après lesquelles les « certificates of completion » ont été remis aux participants.

Enjoy working together

Fidèles aux « guidelines de l'école » - work hard, play smart and have fun - ce summer camp s'est déroulé dans une très bonne ambiance, particulièrement palpable ce jeudi. Or, comme le reconnaît Flavian Gontier (Epitech promo 2021) un des encadrants de ce Bootstrap Summer avec Thomas Navennec (promo 2019), deux résidents du Hub Innovation de l'école, « au départ ce n'était pas forcément très facile avec plein de nationalités et de cultures différentes où personne ne se connaît. Même dans le groupe des Coréens, certains ne se connaissaient pas du tout non plus puisqu'ils venaient de 2 universités différentes. Pourtant, à la fin du camp, tout le monde s'entendait bien. Et avec nous, ce camp s'est super bien passé aussi ».

Epitech-Bootstrap-Summer-2017-debut.jpg

(Les participants au début de cet Epitech Bootstrap Summer 2017)

1, 2, 3... Bootstrap

Il faut souligner d'autre part que ce format commence, à force de tests et d'itérations comme on le pratique à l'école, à être très au point : les participants commencent toujours par s'immerger dans une mini Piscine C. Ils entament ensuite une deuxième semaine au Hub Innovation pour « idéer », s'immerger dans les méthodologies de travail en groupe, le design thinking notamment, à travers des ateliers et autres « lab works ». Ils commencent également à prendre en main le hardware fétiche des bidouilleurs et autres makers - Arduino, Raspberry Pi, capteurs etc. La troisième semaine, les participants finalisent leurs projets.

IoT

« Le thème de cette Summer school, reprend Thomas, c'était la domotique. S'ils ne voulaient pas en faire, très bien, certains ont fait les projets qui leur tenaient à coeur mais en général ils se sont mis à l'IoT. L'équipe composée de 3 membres russes a, par exemple, cherché à comprendre comment contrôler des capteurs via les HoloLens : tu pouvais éteindre / allumer les lumières, récupérer des températures ou lancer / arrêter la musique de la pièce en réalité augmentée. Ils ont compris comment gérer des contrôleurs électroniques avec les HoloLens et ça, niveau domotique, c'est super intéressant... ».

Epitech-Bootstrap-Summer-2017-fin.jpg

(et à la fin...)

HoloLens

Nikita Elizarov, en 4ème année du programme « Innovation » de Tomsk State University of Control Systems and Radioelectronics et qui en est à sa deuxième participation à un Epitech Bootstrap Summer, était un des trois membres de cette équipe concentrée sur les HoloLens : « nous, on a demandé à travailler avec les HoloLens, j'étais vraiment excité à l'idée de me mettre sur cette nouvelle technologie. J'avais lu beaucoup de choses sur ces lunettes RA, mais je n'en avais jamais eu en main du coup, j'étais vraiment impatient de bosser dessus avec mes amis ».

L'intérêt de travailler en groupe

« On a eu 2 semaines ensemble et pour moi qui suis habitué à travailler tout seul dans mon coin, c'est un vrai changement, très positif. En coopérant, en nous aidant les uns les autres, on avance beaucoup plus vite. Seul, on ne voit pas ce qu'on peut faire de plus, on se limite ; avec des camarades sur un projet, on se pousse à aller mutuellement plus loin ».

Epitech-Bootstrap-Summer-2017-diaporama-2.jpg

Apprendre à apprendre

Une des figures remarquées de ce Bootstrap Summer, Yuhang Liao, étudiant en computer science à Brockport College, est sous le même charme de la méthode d'apprentissage made in Epitech, « nos professeurs n'en étaient pas, nos encadrants ne nous disant pas "fais comme ci fais comme ça", ils nous guidaient seulement et c'était à nous de trouver les solutions. Par exemple sur notre projet, la "Gamebox", c'est nous qui avons écrit tout le programme et les lignes de code. Je pense que dans la manière d'apprendre, c'est hyper intéressant ».

Gamebox

Avec cette « Gamebox », Yuhan et ses camarades ont repris « cette borne d'arcade, explique Flavian, qui avait été bien avancée par un groupe d'étudiants d'e-artsup venus tout ce printemps travailler au Hub Innovation : ce sont eux qui ont initié le projet, qui avaient fait toutes les découpes laser sur plexi sauf qu'ils avaient eu juste le temps de poser les boutons sans les raccorder électroniquement. Là, Yuhang et ses camarades ont dû gérer 12 boutons, 2 joysticks et raccorder un écran à tout cela en utilisant un Arduino... Ils ont fait un vrai gros boulot, surtout pour des gens qui n'avaient jamais fait d'électronique. Même nous, on n'aurait pas battu des records de temps par rapport à eux... ».

Epitech-Bootstrap-Summer-2017-Yuhang-Liao-3.jpg

Les anecdotes

Yuhang a aussi fait l'unanimité : « pour moi, se remémore Flavian, le meilleur moment du Bootstrap Summer, c'est quand Yuhang a testé le capteur de son, en poussant des hurlements un peu aigus dans tout le Hub pour arriver aux maximales de decibels... ». « Moi, c'est quand ils ont décidé, sur ce même projet, à peine la borne branchée sur secteur, de jouer la musique de Mario en boucle sur le buzzer que tu ne peux pas arrêter... Du coup pendant les 4 derniers jours, tout le monde fredonnait Mario », s'esclaffe Thomas.

Epitech-Bootstrap-Summer-2017-diaporama-3.jpg

L'utile et l'agréable

La grosse trentaine de participants, très mixte par ailleurs, n'a pas fait que travailler d'arrache-pied. Ils ont évidemment visité Paris, la Tour Eiffel, le château de Versailles, descendu la Seine en bateau mouche, pratiqué le Bastille nocturne sans oublier une visite accompagnée du campus Microsoft France. « C'est la première fois que je viens à Paris, c'est une ville magnifique », Yuhan confirme, s'il en était besoin... Et maintenant que le format est très bien huilé, on peut annoncer que l'été prochain, Epitech organise un Epitech Bootstratp Camp dans les 12 villes de son réseau national.

  • Catégorie Evénements
  • Posté le 25/07/2017
  • Lien