Le réseau national :

E comme Entrepreneuriat

ESCP-Europe-Chaire-EEE-OptionE-Made-in-ESCP-Europe-SEED-Nicolas-Pichon-Epitech-1.jpg

On était venu suivre les pas d'Oumnia Benrahmane et Nicolas Pichon (tous deux promo 2017) dans le cadre de l'exposition « Improbable », premier événement public de l'Option E, programme entrepreneurial concocté par l'ESCP Europe, qui vise à apprendre à entreprendre et auquel des étudiants d'Epitech participaient pour la première fois. On est allé les revoir au dernier grand rendez-vous de ces 4 mois de programme, vendredi 16 décembre 2016 pour « Made In ESCP Europe SEED ».

S comme Start-up

Pour ce dernier événement de l'Option E, les étudiants de l'ESCP Europe et des écoles partenaires du programme telle Epitech ont réfléchi et conceptualisé un projet de création de start-up. Vendredi 16, ils le pitchaient devant une assemblée et un jury composé d'experts, d'investisseurs et autres partenaires de la Chaire EEE. Cette année, ces pitchs se sont déroulés au WAÏ Paris, l'accélérateur de business « Innov&connect » by BNP Paribas.

Parenté pédagogique

Comme le souligne Sylvain Bureau, directeur de la chaire Entrepreneuriat de l'ESCP Europe, la méthode d'apprentissage de l'Option E repose sur « la pédagogie par l'impact, impact sur le réel et sur les étudiants eux-mêmes ». On est ici très proche de la méthode d'apprentissage chère à Epitech, la méthode projet, le désormais fameux « learning-by-doing ».

ESCP-Europe-Chaire-EEE-OptionE-Made-in-ESCP-Europe-SEED-Sylvain-Bureau-Nicolas-Pichon-Epitech.jpg

Le programme du programme

Sylvain Bureau l'a en effet rappelé sur place, « dans l'Option E, les participants ont beaucoup de projets à réaliser. Un premier, artistique, dans le cadre du module qui s'appelle Improbable et qui a pour vocation d'expérimenter la création. Ils ont ensuite un événement à mettre en place, c'est l'EntrepreneurSHIP Festival qui a réuni un peu plus de 2000 personnes cette année. Puis ils réalisent une mission de conseil ; elle a eu lieu cette année à Shangaï (après New-York et Ho Chi Minh City). En enfin, on en arrive à aujourd'hui et le Projet Start-up, le "Made In ESCP Europe SEED", la création d'une entreprise innovante ».

Phil le chatbot

Oumnia étant absente, c'est Nicolas Pichon que nous avons vu pitcher en compagnie de ses camarades impliqués dans le même projet de start-up. Ils ont présenté « Phil », un « chatbot » sur Messenger de Facebook, spécialisé pour commencer dans la recommandation de séance cinéma en fonction du profil de l'utilisateur. « L'idée du chatbot vient de moi, avoue Nicolas, pas tant pour utiliser un chatbot coûte que coûte mais pour éviter que les gens ne téléchargent une énième app pour mieux l'oublier ensuite... ».

ESCP-Europe-Chaire-EEE-OptionE-Made-in-ESCP-Europe-SEED-projet-Phil-chatbot-Nicolas-Pichon-Epitech.jpg

(Nicolas Pichon, Gabriel d'Agay et Soukaina Haita)

Tendance

C'est l'effervescence aujourd'hui autour des chatbots - un article de La Tribune « spécial numérique » distribué aux Grands Prix de l'Innovation de la Ville de Paris par exemple en parlait très bien : nous allons entrer dans un monde « post app ». Sentiment confirmé par Gabriel d'Agay (ESCP) et autre membre du projet, « tant aux États-Unis qu'ici en Europe, on est au Moyen Âge par rapport à la Chine ou au Japon. WeChat par exemple, réunit des dizaines d'applis en une, grâce à son chatbot ».

CRM

« La stratégie de Facebook, poursuit Gabriel, c'est de tout regrouper sur Messenger. Nous, on veut surfer sur cette vague ». Laurent Solly, directeur général de Facebook France l'affirme publiquement : « ces interfaces sont le nouveau siège de la relation client ».

Machine Learning

« Dans un premier temps, explique Nicolas, Phil pose des questions pour aiguiller un peu, pour commencer à connaître le profil de la personne, ses centres d'intérêt basiques on va dire. Après, en fonction des "data sets" qu'on aura recueillis auprès d'Allociné ou autre partenaire, des données d'autres utilisateurs, on pourra prédire si telle personne est susceptible d'apprécier tel film. Et tel groupe d'amis, tel film ».

ESCP-Europe-Chaire-EEE-OptionE-Made-in-ESCP-Europe-SEED-projet-Phil-pitch-chatbot-Nicolas-Pichon-Epitech.jpg

Robot qui fait tout

« Au départ on voyait Phil comme un concierge, qui donne tous les bons conseils dont a besoin quand on veut sortir car typiquement, l'idée ne s'applique pas qu'au cinéma, secteur qu'on a choisi seulement comme "niche", pour démarrer », précise Nicolas. Résumé par Soukaina Haita (ESCP), autre membre du projet et de l'ESCP Europe également, « au final, Phil, cest comme un assistant personnel qui s'occupe de tout ce dont vous n'avez pas vraiment besoin de vous occuper : trouver un compromis entre amis, trouver une place de concert, un restaurant etc. ».

Encore étudiant, déjà hyper entreprenant

Nicolas, qui a vécu la première édition de l'Epitech Experience en novembre dernier puisqu'en cinquième année, est particulièrement versé dans la créativité entrepreneuriale ; il nous donne son ressenti après 4 mois d'immersion dans ce programme. « Au niveau de l'expérience start-up, ce n'est pas quelque chose qui a révolutionné ma vision, parce que j'ai tout simplement déjà accumulé pas mal d'expérience dans ce domaine. D'ailleurs à partir de ce soir, fini l'ESCP, je vais passer beaucoup plus de temps sur MoiChef et y remplir les fonctions de CTO ». Juste avant l'Option-E, Nicolas a d'ailleurs aussi suivi le programme Lion, formation gratuite proposée par TheFamily.

L'enrichissement personnel

« En revanche au niveau humain, relève-t-il, cette Option E m'a permis de rencontrer plein de gens, qui ont fait des stages un peu partout dans le monde, qui ont des profils de commerciaux, de designers etc. Cela m'a fait vraiment avancer sur mes propres compétences à ce niveau-là. Ce programme a donc été une très bonne expérience. Shangaï par exemple, c'était vraiment cool... ».

ESCP-Europe-Chaire-EEE-OptionE-Made-in-ESCP-Europe-SEED-Maeva-Tordo-Nicolas-Pichon-Epitech.jpg

La Blue Factory

Certains projets pitchés à la fin de cette Option E poursuivent leur développement et se transforment pour certains en de belles aventures entrepreneuriales. Maëva Tordo, directrice de la Blue Factory rappelle que cet incubateur se concentre sur l'accompagnement de ces créateurs. « Il accompagne 10 projets par an, sur une année, sur un des campus de l'ESCP Europe. Dans toutes nos équipes accompagnées, il y a toujours un des fondateurs issu des bancs de l'école. Certains qui pitchent aujourd'hui postuleront sans doute à la Blue Factory l'an prochain. Et ces projets deviendront peut-être de belles histoires comme Welcome to the Jungle, Dashlane, Creads, Mamie Foodie, MakeSense, Ticket For Change et j'en passe... ». Rendez-vous en septembre prochain.

  • Catégorie Evénements
  • Posté le 10/01/2017
  • Lien